Envoyer à un ami

Droits de la Nature pour la Paix et le Développement, Conférence Annuelle Internationale du 7 au 9 décembre 2020 à l'ONU

9ème Conférence Annuelle Internationale aux Nations Unies Voir présentation détaillée

Droits de la Nature pour la Paix et le Développement, Conférence Annuelle Internationale du 7 au 9 décembre 2020 à l'ONU

9ème Conférence Annuelle Internationale aux Nations Unies Voir présentation détaillée

9th Annual International Conference on Rights of Nature for Peace and Sustainable Development - 7 to 9 December 2020, United Nations
Une Semaine de Rencontres de haut-Niveau, qui croisent les Sphères des Acteurs de la Société
Entre le FORUM DE PORTO-ALLEGRE et le FORUM DE DAVOS, la Plateforme de création et d'avancement de Projet au service de l'aboutissement de la Paix et des Objectifs du Développement Durable

Accueil > Programme intégral > Droits de la Nature pour la Paix et le Développement, Conférence Annuelle Internationale du 7 au 9 décembre 2020 à l'ONU

Informations pour s'inscrire

Ajouter à ma liste de souhait

Introduction

9ème Conférence Annuelle Internationale sur les Droits de la Nature pour la Paix et le Développement - du 7 au 9 décembre 2020 à l’ONU
Conférence organisée sous l’égide du Programme des Nations Unies pour l’Harmonie avec la Nature
(Other continental or worldwide interested networks, please contact us)

Merci de faire suivre aux personnes que vous connaissez dans ce domaine.

Ci-dessous l’Appel à Contribution (Call for Abstract).

Pour toute proposition de communication à intégrer au programme, merci d’utiliser le formulaire sur cette page.

Appel à Contribution 2020 :

Conférence Annuelle Internationale sur les Droits de la Nature
dans le cadre du 12ème FORUM DE GENEVE à l’ONU, du 7 au 11 Décembre, 2020
Organisation des Nations Unies, Genève, Suisse Colonie de vacances
Valais
Suisse
Objectif Sciences International organise plusieurs colonies de vacances scientifiques dans le Valais Suisse, ainsi que d’autres vacances à la montagne en suisse, ce sur de nombreuses thématiques (nature, faune & flore, drones, géologie, architecture, paléontologie...). Pour plus d’informations, suivez ce lien sur les séjours nature.

Le programme

FORMULAIRE D’INSCRIPTION
LISTE DES PRESENTATIONS
Lundi 7 décembre après-midi, mardi 8 décembre toute la journée, mercredi 9 décembre matin, 2020

de 09:00 à 18:00

Mardi soir, de 19:00 à 23:00 : Dîner de Networking des réseaux Droits de la Nature

ENTREE GRATUITE SUR INSCRIPTION (Badge d’Accès à l’Organisation des Nations Unies)

Simple Participation aux Frais (voir formulaire ci-dessous)
Les Présentations seront données en anglais et français. Les débats et les questions seront organisées en anglais et français. Merci d’utiliser le formulaire en bas de cette page pour vous inscrire, y compris si vous ne voulez qu’assistez comme auditeurs.
Menant à bien des Projets d’Education aux Sciences et de Sciences Citoyennes depuis 1992, et ayant créé les 1er séjours de Recherche Participative en 2004, l’ONG Objectif Sciences International a le Statut Consultatif Spécial auprès des Nations Unies. Active sur tous les continents, l’ONG organise tous les ans, depuis 2012, la Conférence Internationale Annuelle sur les Droits de la Nature aux Nations Unies à laquelle participent tous les Gouvernements actifs dans ce domaine, ou intéressés par les travaux. L’objectif de cette conférence organisée dans l’hémicycle des Nations Unies est de permettre aux acteurs et opérateurs de ce domaine d’échanger, de se rencontrer et de partager en direct, au niveau international le plus large.
Dialogues Interactifs de l’ONU et Droits de la Nature

Les experts qui sont sollicités tous les ans par le Bureau de l’ONU en charge de l’initiative Harmony with Nature, échangent déjà aux niveaux national et continental (Europe, Amérique du Nord...) selon divers groupes de thématiques. Cette Conférence organisée en Décembre permet de travailler sur les résultats des Dialogues Interactifs de Haut Niveaux ayant eu lieu, et de préparer la matière à penser en vue des prochains Dialogues Interactifs. Celles et ceux qui désirent échanger et partager leurs idées, pratiques et solutions, au niveau mondial, se réunissent en fin d’année à la Conférence Annuelle Internationale organisée à l’ONU.

Protection de la Nature / Personnalité Juridique de la Nature / Êtres Vivants / Développement Durable

Les nombreux organismes publics ou associatifs, et citoyen-ne-s, qui sont actifs dans le domaine des Droits de la Nature, se sont fédérés et organisés, au niveau mondial. Les grands acteurs mondiaux, les fédérations, et les acteurs spécifiques, s’organisent actuellement au niveau international et sont appelés à se rencontrer tous les ans en fin d’année, à la Conférence Internationale sur les Droits de la Nature, à l’ONU, à Genève.

Cet espace annuel de mise en commun permet aux acteurs du domaine de mettre en commun pratiques, enjeux, solutions, idées, besoins.

Votre Ressource Annuelle d’Echanges

Suite aux réunions nationales qui ont lieu localement dans chaque pays, cette Conférence Internationale à l’ONU permet aux acteurs de se mettre en concertation, ou de s’informer mutuellement, des progrès et des actions qu’ils mènent durant l’année, ou qu’ils ont en projet.

Les acteurs présents à cette Conférence sont :

  • Acteurs locaux et régionaux des différents pays
  • Acteurs thématiques, par disciplines
  • Fédérations régionales ou nationales
  • Fédérations thématiques, par disciplines
  • Grandes Institutions des Droits de la Nature
  • Associations de défenses et de protection de la Nature
  • Ministères gouvernementaux (Environnement, Education, Recherche, Développement Durable…) et associations internationales de Ministères
  • Journalistes spécialisés (juridique, sciences, environnement, éducation, développement durable…)
  • Organismes de l’ONU (UNDP, UNEP…)

Les sujets qui sont à l’ordre du jour de cette année sont les axes du Programme de l’ONU pour l’Harmonie avec la Nature :

  • Pour une Justice non anthropologique, et centrée sur la Terre
  • Pour une Economie écologique
  • Education pour un comportement naturellement respectueux de la Nature
  • Sciences et Recherche intégrées et transversales (Holistic Science)
  • Sciences Humaines pour les Droits de la Nature
  • Philosophie et Ethique
  • Arts, Media, Design et Architecture
  • La Théologie et la Spiritualité face aux Droits de la Nature
FORMULAIRE D’INSCRIPTION
LISTE DES PRESENTATIONS

Programme Détaillé

Les échanges entre les parties prenantes de cette réunion auront lieu à la fois sous la forme de pitchs très dynamique suivi de sous-groupes au sein desquels vous pourrez participer, et à la fois sous forme de Table-Ronde entre les intervenants, et bien entendu de débats avec l’audience de l’Assemblée.

Organisateur : ONG Objectif Sciences International, Genève

Président de Séance :

M. Thomas EGLI
Directeur Général
FORUM DE GENEVE aux Nations Unies : www.osi-genevaforum.org
En savoir plus sur Thomas EGLI, Fondateur d’Objectif Sciences International, Dirigeant du FORUM DE GENEVE

Co-Présidence :

M Colin ROBERTSON
Lawyer-linguist
Member of the Rights of Nature networks
Mrs Doris RAGETTLI
Founder
Rights of Mother Earth : https://www.rightsofmotherearth.com/
Mrs Vanessa HASSON
Lawyer
Director of MAPAS (Methods to Support Environmental and Social Practices) : http://www.mapas.org.br/

Voici le Programme des 5 jours du FORUM DE GENEVE de Décembre 2020, dans lequel sont décrit les journées dédiées à la Conférence sur les Droits de la Nature pour la Paix et les Objectifs du Développement Durable.

Programme of GENEVA FORUM 2020 (Public side)
Lundi matin : Badges ONU, Rendez-Vous et premières Rencontres
Mercredi 12h00 - 14h00 : Marche pour la Nature, à la Place des Nations (départ au plus tard à 12h40 des salles de Conférence, Photo de Groupe à 13h00 à la Place des Nations)
Lundi après-midi : Faire de la Nature le Centre de Priorité des Humains - Networking et Rendez-vous Individuels de Travail (One-on-One Meeting) Conférence en parallèle, comment concrétiser vos actions sur le long-terme grâce au format du Tourisme Responsable (voir Programme de la semaine)
Mardi matin : Stratégies de Défense des Droits de la Nature - Table-Ronde, Panel de présentations et débats juridiques et épistémologiques
Mardi après-midi : Mettre les Humains au Service de la Nature - Atelier de travail, Panel, Sous-Groupes et Restitutions de travail
Mardi soir : Repas de Networking Annuel des Réseaux des Droits de la Nature
Mercredi matin : Rencontre annuelle des acteurs du réseau - Continuation des sous-groupes de travail pour les membres de la communauté des Droits de la Nature qui le désirent, salles mises à disposition Conférence en parallèle, comment financer vos projets (voir Programme de la semaine)
Mercredi après-midi : Conférence permettant de trouver des formats de concrétisation de vos actions sur le long terme grâce aux Sciences Participatives (voir Programme de la semaine)

Session d’Ouverture Officielle - Mardi 8 Décembre 09h00

Session organisée en partenariat avec Rights of Mother Earth, le Bureau Harmony With Nature de l’ONU et Objectif Sciences International.

  • Points Clés
  • Remarques sur la Situation en Cours
  • Remarques de la part des Représentations Gouvernementales représentées

Présentations en cours de proposition pour 2020

Le Forum de Genève 2020 va être fourni en ligne. L’intégralité du Programme sera fourni, ainsi qu’un Moteur de Connexion d’Affaires. Les horaires exacts de chaque séance sont envoyés aux personnes qui se sont préalablement inscrites sur le formulaire d’inscription.

Présentations Validées


Rights of Nature - Projects (Session 1/2)
Mardi 8 dec, 15h00-17h00 (Heure de Genève)


Réflexion et Mise en Œuvre dans un Monde Bouleversé : Gouvernance, Peuple et l’ Environnement ORAL PRESENTATION

L’asymétrie du pouvoir politique et économique entre les gens ordinaires et les entreprises a conduit à des dévastations naturelles, une perte de biodiversité, des logements précaires, un manque d’assainissement, des épidémies mortelles, des niveaux élevés de criminalité et de violence, avec de graves impacts environnementaux, politiques, économiques et sociaux. Changer les paradigmes du développement, de la croissance, du pouvoir, de la richesse, du travail et de la liberté ancrés dans les institutions politiques, technologiques, économiques et éducatives ; nécessite le développement des capacités institutionnelles, la neutralité judiciaire, la transparence informationnelle, les espaces sociaux pour l’engagement civique et la participation politique éclairée, y compris les unités de conservation, les médias, les chefs religieux, les défenseurs, les experts, les décideurs, les militants, les dirigeants politiques, les organisations, les groupes et communautés. La récupération de la Terre et des personnes (régénération) doit être traitée simultanément, dans l’espace et dans le temps ; puisqu’ils dépendent les uns des autres : les problèmes et les contextes dans lesquels ils surviennent doivent être réinterprétés et restructurés à travers le prisme de l’écosystème, modifiant ainsi les moyens de les résoudre. Une civilisation écologique se soucie des milieux naturels et bâtis, du patrimoine culturel, des liens collectifs, de l’éducation, de la santé, de l’éthique, de l’esthétique, de l’équité et de la justice. De nouvelles niches d’apprentissage socioculturel pourraient générer une prise de conscience, une interprétation et une compréhension au-delà des stéréotypes établis, d’un point de vue thématique (« quoi »), épistémique (« comment ») et stratégique (politiques). En considérant ce moment comme une opportunité pour une grande réinitialisation et la mise en œuvre d’infrastructures et de changements systémiques attendus depuis longtemps dans des domaines tels que l’inclusion, la durabilité et l’innovation, une approche écosystémique théorique et pratique est proposée pour déclencher les événements, faire face aux conséquences et contribuer au changement (sorties potentielles). En ce sens, le plaidoyer, la communication, les politiques publiques, les programmes de recherche et d’enseignement,
1) définir les problèmes au cœur du « pot bouillant », au lieu de les réduire aux bulles de la surface (problèmes fragmentés, formats académiques réduits, politiques segmentées, effets) ;
2) considérer, en tant que donateurs et bénéficiaires, toutes les dimensions du monde (intime, interactive, sociale et biophysique), en évaluant leurs déficits et leurs atouts, alors qu’ils se combinent pour susciter les événements et s’organiser pour changer ;
3) promouvoir la singularité de (identité, caractéristiques propres) et la réciprocité (soutien mutuel) entre toutes les dimensions, en vue de leur complémentarité et de leur équilibre dynamique ;
4) préparer la transition vers un modèle écosystèmique de culture, pour la cohérence, l’efficacité et l’endurance.

Mr André Francisco PILON, University of São Paulo / International Academy of Science, Brazil, http://www5.usp.br/english/?lang=en


Impact des investissements chinois au Kasai Oriental, cas de la SACIM ORAL PRESENTATION

Depuis mars 2013, le gouvernement congolais a signé un accord avec une société Anhui Foreign Economic Construction, Groupe de Corporation limite (AFECC) pour crée en joint-venture, une société mixte sino-congolaise dénommée SACIM (Société Anhui Congo d’Investissement Minier) où l’Etat congolais possède 50 % des actions et les 50 % restant sont détenues par la société chinoise AFECC pour l’exploitation des diamants dans la concession qui appartenait jadis à Société congolaise d’investissement minier (SCIM). Cet accord rencontre des difficultés dans son application en ce qui concerne les droits de l’homme en général, en particulier ceux des communautés locales.

En outre, le fonctionnement de la SACIM est tributaire à l’avènement problèmes environnementaux d’un part et d’autre part aux récurrents conflits sociaux internes au droit de travail et externe se rapportant aux droits des communautés locales impactées ou affectées par l’exploitation. Pour ce faire, les communautés se plaignent de la non prise en compte des droits qui leur sont reconnus par le code minier en rapport avec son développement, absence de la prise en compte de la responsabilité societale , l’avenir des générations futures hypothéquer. Concernant le social des travailleurs. Concernant les travailleurs, au delà des violations générales du code de travail, le droit syndical jusqu’aux heures de travail.

En plus, au chapitre de protection de l’environnement, la dégradation de sol est accélérée et ne permet pas le renouvellement de la végétation naturelle, intensifiant ainsi les méfaits du réchauffement climatique dans la zone, Ce qui a des impacts négatifs sur le plan sociocommunautaire et environnemental.

Par ailleurs, la crainte des communautés est fonction de la mauvaise expérience de gouvernance des sociétés extractives minières telles que la MIBA, la SACIM et autres. Les retombées de ce contrat d’exploitation minière conclut entre AFECC et RDC sont loin d’être mise en œuvre conformément à l’accord et sont en deçà aux résultats enregistrés par l’exploitation, ne garantissent pas les droits de communautés affectées ou impactées, dans une gestion opaque avec moins de traçabilités.

Il y’a lieu donc de proposer comme piste de solution :

  • La relecture par SACIM de l’accord ainsi que les différentes lois nationales pour les appliquer,
  • Reprendre les discussions avec les communautés et s’exécuter par rapport aux reconnus aux communautés dans le respect des procédures. En outre, prendre en compte les droits des travailleurs conformément à la loi,
  • Faire respecter les mesures environnementales en maintenant la zone exploiter hors danger pour les générations futurs,
  • S’efforcer au respect de mesures ITIE en rendant accessibles les informations essentielles avec la transparence.

    Mr Dieudonné TSHIMPIDIMBUA, Democratic Republic of the Congo, www.cnongdrdc.org

Villes durables : mot de passe vert ORAL PRESENTATION

Pour arriver à des villes 100% résilientes, il est primordial d’être conscient de la nécessité d’un processus systémique Il existe un pilier qui a un rôle clé : l’innovation en matière de technologie et d’architecture, en conjonction avec la créativité de la construction de nouveaux codes comportementaux politiques et individuels. Sans innovation, toutes les facettes de ce processus révolutionnaire ne signifient rien si elles ne sont pas combinées à une forte volonté politique et à une distribution intelligente des ressources. Dans ce processus d’adaptation, l’éducation fournit des "esprits adaptatifs" capables de devenir un catalyseur de changements en réformant le système de manière holistique. C’est pourquoi la politique, l’économie, les finances et la société civile doivent s’unir dans un effort pour changer les habitudes et stimuler la créativité en faveur des esprits verts. Une réforme complète du système...

Mrs Mar. INTROINI, The sustainability reader, Spain, http://www.thesustainabilityreader.com









Création d’une ferme écologique équestre unique dans son concept avec un approche holistique ORAL PRESENTATION

Passionnée de mon cher pays la Haute-Loire et de cheval, en 2007 j’ai pris la décision de transformer un sol de bois dévastée par la tempête de 1999 en un lieu éco-éducatif et responsable.
Comment ? Et bien :

  • En utilisant les matériaux présents sur le site bois, paille, chaux ...
  • En réfléchissant sur une production visant l’autonomie : Tout ce qui est présent est utile
  • En partant de la nature elle-même : le minéral (le bâtiment en paille et en chaux, récupération d’eau de pluie), le végétal (prairie, jardin en permaculture, assainissement à roseaux), l’animal (poneys poules, chèvres) chaque pôle nourrit l’autre et a un impact. Les déchets sont nourritures. L’objectif était de trouver l’équilibre sur tous les plans dans le fonctionnement de la ferme.
  • En enseignant une équitation différente basée sur une meilleure connaissance de soi au travers de l’animal. Prendre conscience de ses émotions, le poney est le miroir de l’être humain (enfin ceux qui acceptent de relever le défi !!!). Des horaires de travail pour eux, des conditions ressemblant à leur milieu naturel vivant en troupeau avec une alimentation saine.
  • En invitant les promeneurs et passionnés de nature à découvrir le fonctionnement de la ferme sur des parcours d’orientation à pieds ou à dos de poneys pour prendre conscience du fonctionnement éco-durable de l’exploitation
  • En proposant de venir dormir au rythme de la nature en tipi ou en tente au milieu des poneys
  • En mettant en place des projets éducatifs avec l’éducation nationale pour travailler tout au long de l’année avec les écoles et selon les saisons
    La ferme est un microcosme dans l’équilibre fragile qui est notre nature. Plus on est proche de ce cycle naturel et respectueux plus on devient acteur responsable de notre vie et de notre planète.

    Mrs Claire GRANGER, I.U.P.P.N., France

Problèmes de durabilité et exigences de consommation, pratiques de production des terres agricoles POSTER PRESENTATION

Les attentes concernant la durabilité du système agricole ont une longue préoccupation, ce que nous proposons c’est qu’en même temps nous maintenons les traditions locales, gardons l’équilibre de la biosphère au-delà de l’établissement du régime nutritionnel des plantes qui est une prérogative, nous devons analyser en fonction de les caractéristiques du climat et du sol.
Il n’est pas rare que nous ayons tendance à analyser des indicateurs statistiques pour assurer la croissance et le développement des plantes cultivées selon une production optimale. Dans la recherche, nous avons analysé certaines des vulnérabilités, en ce sens que si les pratiques et la tradition agricoles doivent avoir un dénominateur commun lorsque nous parlons d’engrais. en fonction des quatre éléments, des propriétés du sol, des nutriments nécessaires à la production analysés par la culture, le climat mais aussi par la tradition du lieu.
Ensemble, ces éléments peuvent être sources de protection de l’environnement.La nourriture et le mode de vie influencent même les meilleurs goûts des consommateurs, des éléments tels que la nécessité, le prix ou pourquoi pas la distance d’achat des produits traditionnels, souvent saisonniers en raison des produits qu’ils contiennent, d’où la tradition.
Comme la législation est celle qui assure l’équilibre des intérêts, elle doit organiser les moyens rapides de se procurer les revenus de l’État, mais aussi des moyens simples pour le citoyen de défendre ses intérêts, en limitant les servitudes de contribution de l’État à ses propres pouvoirs doivent garantir le droit chemin et facile à contraindre l’Etat à se conformer à la législation sur les engrais appliqués sur les sols et les plantes à travers les techniques agricoles utilisées.

Ms Safta ADELA SORINELA, Ms Lavinia POPESCU ; The University of Economic Studies, Romania


La question de la pollution des sols résolue grâce à l’agriculture biologique#2 : une recherche expérimentée sur la biodiversité des sols ORAL PRESENTATION

Selon l’étude de la question de la pollution des sols résolue par l’agriculture biologique#1, l’étude de cas de la Thaïlande (Pathawit et Siripen, 2019). Ce travail s’inscrit dans le cadre des projets "Bakery for tomorrow" et "ECO Bakery for Friendly Environments", qui se concentrent sur la production d’aliments sûrs, l’objectif "zéro faim" et un environnement sain pour soutenir le SDG 2030. Ces projets se concentrent sur la manière de conserver et de récupérer les sols détruits par l’utilisation de produits agrochimiques pour la plantation du riz. Les méthodes agricoles comme l’agriculture biologique et la rotation des cultures par la plantation de légumineuses pour les engrais organiques à la place.

Pour cette recherche, nous nous sommes concentrés sur l’étude de la biodiversité du sol, qui est la contribution de cette agriculture biologique, qui est essentielle à la production et à la productivité agricole durable, y compris pour nourrir le riz, comme la biodiversité de la macrofaune du sol. L’agriculture biologique utilise des légumineuses comme méthode de rotation des cultures pour la plantation du riz.

Les propriétés chimiques du sol, notamment l’échange cationique des propriétés organiques et physiques, l’humidité du sol et la dégradation organique, sont liées au nombre et au type de biodiversité de la macrofaune du sol. Nous avons constaté que l’indice de biodiversité le plus élevé était celui du phylum arthropoda de la famille des acariens oribatidae, ainsi que celui des acariens : Collemboly, Springtails, Caterpillars et Fourmis.

De l’étude de la diversité biologique de la faune dans le sol de la rizière de l’agriculture biologique par les légumineuses comme culture de corps. Il a créé la faune dans le sol, qui a été utile pour le riz dans le prochain corps. Il a fait et transformé la décomposition organique, l’échange de cations, effectué aux propriétés physiques du sol telles que l’augmentation de l’humidité du sol pour le taux de dégradation des objets organiques, l’ajustement des valeurs du pH, qui ont été liées à l’augmentation du nombre et du type de cette faune dans le sol.

Mots-clés : La question de la pollution des sols résolue grâce à l’agriculture biologique, la recherche sur la biodiversité des sols, la boulangerie de demain, la sécurité alimentaire, la recherche sur la faim zéro, les projets ECO Bakery for Friendly Environments, la faune de la biodiversité des sols issue de l’agriculture biologique.

Mr Pathawit CHONGSERMSIRISAKUL, Panyapiwat Institution of Management, Thailand, www.pim.ac.th


e-Fishency - Révolutionner la reproduction artificielle dans l’aquaculture et la conservation ORAL PRESENTATION

Nous unissons notre passion pour la vie aquatique et notre expertise scientifique pour améliorer les pratiques de reproduction artificielle. Nous sommes convaincus que la science peut aider l’homme et la nature à s’épanouir ensemble. Ensemble, nous aidons les gestionnaires à améliorer leurs pratiques de repeuplement afin de restaurer la santé de nos écosystèmes aquatiques. Nous voulons être aux côtés des producteurs de poissons qui veulent construire l’aquaculture de demain, en utilisant des principes évolutifs pour améliorer les rendements sans sélection artificielle. Ensemble, avec la science, nous avançons avec la nature, et non contre.

Mr Christian DE GUTTRY, Mr David NUSBAUMER ; University of Lausanne, Switzerland, https://www.e-fishency.ch/













Importance des pollinisateurs en Agriculture pour un développement durable : exemple de l’expérience Algérienne. ORAL PRESENTATION

Les deux tiers de toutes les plantes à fleurs dépendent des animaux, principalement des insectes, pour la pollinisation. Pour ces plantes, le pollinisateur peut être aussi critique que la lumière et l’eau. La pollinisation est un lien vital dans les communautés naturelles, reliant les plantes et les animaux de manière essentielle. La pollinisation est également un service essentiel à l’agriculture. Les insectes pollinisateurs sont essentiels pour de nombreuses cultures de fruits et légumes, et la demande de pollinisateurs augmente à mesure que le besoin de productivité agricole augmente. La contribution des pollinisateurs à la sécurité alimentaire en Algérie peut avoir des valeurs à la fois tangibles et intangibles pour réduire les disparités importantes dans les niveaux de production et la dépendance vis-à-vis des aliments importés. La présente étude est une compilation des travaux menés dans l’écosystème agricole et naturel sur la diversité des pollinisateurs et leur efficacité pollinisatrice à travers six étapes bioclimatiques différentes sur des arbres fruitiers de différentes variétés et cultures maraîchères.
À ce titre, l’étude des pollinisateurs s’est concentrée en particulier sur l’importance des Apoidea Apiformes ou des abeilles sauvages sur les espèces de fruits telles que la pomme et l’abricot, et les espèces végétales telles que les tomates, les fèves, les haricots, les pois chiches, les courgettes.

En ce qui concerne l’écosystème naturel, l’étude de la diversité des pollinisateurs a impliqué plus de 120 espèces de plantes à fleurs appartenant à plus de 70 familles botaniques. Cependant, les travaux restent fragmentaires compte tenu de la grande superficie de l’Algérie qui est de 2 382 millions de km². Jusqu’à présent, peu d’études sur les abeilles sauvages ont été publiées. Les travaux menés jusqu’à présent sont ceux de [15-21] Saunders (1901, 1908), Alfken (1914), Schulthess (1924) et Roth (1923, 1924, 1930), et étaient basés sur de petites régions du pays. Après eux, beaucoup de temps s’est écoulé avant la publication de nouveaux ouvrages traitant de groupes particuliers (Louadi et al., 2008 ; Bendifallah et al., 2013 ; Maghni et al., 2017) ou des ressources florales naturelles (Louadi et Doumandji (1998a, 1998b), Louadi et al., (2007) et Bendifallah et al. (2012a, 2012b, 2015, 2018, 2020).

Mrs Leila BENDIFALLAH, Algeria, http://www.univ-boumerdes.dz


La pédagogie Candide : une ouverture sur la Vie pour que la connaissance du monde animal conduise à une meilleure intelligence et une compréhension accrue inter espèces ORAL PRESENTATION

Par notre expérience durant six ans au cœur d’un groupe scolaire totalement unique en son genre, nous avons pu vérifier l’impact de la ronronthérapie sur la réduction du stress des élèves, l’augmentation de leur sentiment de bonheur et l’amélioration de leurs résultats scolaires.
Depuis notre dernière participation au Geneva Forum en décembre 2018, nous avons créé une nouvelle association : "l’intelligence animale au coeur de la pédagogie Candide", afin d’offrir au monde nos découvertes par le biais d’actions concrètes de créations d’écoles de haut niveau autorisant l’animal comme vecteur primordial d’intérêt, de curiosité et de passion.
Il ne s’agit surtout pas de se servir de l’animal comme d’un objet mais de partager l’espace pour que le petit d’Homme en devenir se reconnecte à cette intelligence animale et communique avec elle. C’est par la compréhension des besoins des espèces vivantes que l’Homme contribuera à protéger la Terre dans les urgences écologiques et climatiques que nous connaissons.

Désormais, nous avons choisi d’orienter notre activité vers ces pays moins chanceux que le nôtre, souvent situés sur d’autres continents, certaines que par l’instruction, la découverte et la rencontre physique avec l’animal, les enfants progressent dans leurs qualités innées d’amour, de respect et de tolérance pour le monde du vivant.

Mrs Céline BRUSA and Michèle BOURTON, Association ’l’intelligence animale au coeur de la pédagogie Candide’, France, http://www.lien-organisme.com







Réflexion et Mise en Œuvre dans un Monde Bouleversé : Gouvernance, Peuple et l’ Environnement ORAL PRESENTATION

Depuis 2009 ce programme d’OSI permet de transmettre des compétences transversales à des jeunes de 13 à 18 ans leur permettant d’améliorer leurs dons pour la prise de parole en public, à comprendre et exercer leurs qualité de leadership à travers un projet de leur choix, à mener des enquêtes sur des sujets proposés. Depuis 2014 la conscientisation aux Droits de la Nature et au écosystèmes liés à une problématique sont le terrain de leurs aventures. Je vais vous conter les aventures vécues en 2020.

Mrs Michèle EGLI-WACHS, Objectif Sciences International, France http://www.rencontres-excellence.com/











De la pandémie à l’harmonie : un essai ORAL PRESENTATION

La Pandore d’aujourd’hui a une nouvelle forme. Elle a pris la forme du nouveau coronavirus, qui a généré la maladie de Covid-19. Comme Pandora, il rouvre la boîte des maux de plus en plus couverts aujourd’hui par les distractions quotidiennes.
Pandora, avec le masque du nouveau coronavirus, émerge au moment où l’humanité était enclinée à choisir la voie dans laquelle elle négligerait sa condition humaine. L’humanité a été encline et peut donc, continuer à s’incliner à se déshumaniser de plus en plus par l’usage déformé de la technologie digitale et de l’intelligence artificielle, au point d’essayer de restreindre la libre expression des « sens » à travers la hyper vigilance, et se leurrer avec l’existence de la vie au-delà de la Nature.
Avant la pandémie, il y avait déjà un fort mépris du potentiel infini de la vie et de l’intelligence comme condition d’être humain, avec la capacité de « lire entre les lignes » : comprendre, discerner et faire des choix conscients.
La pandémie de Covid-19, le nouveau masque de Pandore, met en lumière les conflits les plus cachés de l’existence humaine. Cela nous oblige à rentrer chez nous. À la maison intérieure ; à la maison où nous vivons ; à la Terre Mère, notre maison commune, et à notre maison cosmique.
Elle nous montre les chemins qui mènent à nos racines ancestrales et à la vie en communauté. Elle annonce le triomphe de la fraternité, de la coopération et de la solidarité sur l’égoïsme et la compétitivité. Elle apporte des problématiques telles que le besoin de l’État, combiné avec les limites de sa souveraineté et de son organisation sociale en communauté.
Elle nous place à des carrefours que nous ne voulons pas voir, comme entre soi-même et les autres, entre nationalisme et mondialisation, au point de révéler le conflit sous-jacent aux conflits : le choix entre Eros et Thanatos, entre la vie et la mort.
Ce conflit devient plus évident dans le faux dilemme entre l’économie et la vie et dans le drame du choix de Sofia, vécu par les professionnels de santé, contraints de sélectionner quel patient recevra des soins médicaux, insuffisants pour tous.
Avec le dévoilement des conflits enfouis, le « Coronamonde », une nouvelle boîte de Pandore, apporte aussi l’espoir... Espoir qu’à l’avenir, chaque être et l’humanité se réveilleront du voile de l’illusion .
Puissions-nous, dans la pandémie actuelle, nous libérer du monde des divers enclos dans lesquels nous avions choisi de vivre avant la pandémie. Puissons-nous avoir confiance pour suivre des voies nouvelles et plus humaines. L’isolement social représente les fins de ce monde auto-créé. Il met en évidence des bouleversements profonds et montre la possibilité d’une réinitialisation des modes de vie et de la co-création d’un nouveau monde, où tous les êtres peuvent avoir des droits et vivre en harmonie. Un monde post-pandémique où les conflits découverts par elle peuvent être surmontés par l’humanité, où chaque être peut atteindre la vie en plénitude et où tous les êtres, humains et non-humains, sont des sujets de droit. La pandémie du nouveau coronavirus, en provoquant un arrêt brutal dans le monde, permet à de nombreuses personnes de l’établir comme un jalon pour une vie en harmonie avec la Nature, comme le préconise le programme Harmony with Nature des Nations Unies (www.harmonywithnatureun.org) .

Mrs Germana de Oliveira MORAES, Federal University of Ceará, Brazil, http://www.ufc.br


La Nature avec un N majuscule ORAL PRESENTATION

Ce n’est pas un hasard si dans les documents du programme Harmonie avec la nature des Nations unies, publiés en anglais, espagnol, français, russe, mandarin et arabe, Nature est écrit en majuscules.
Les noms propres par règle grammaticale s’écrivent avec une majuscule initiale. De cette façon, l’identité et l’importance sont attribuées au candidat, ce qui souligne sa signification et permet de lui attribuer un nom spécifique.
Dans un contexte qui a comme paradigme une vision centrée sur la Terre, désigner la Nature comme son propre nom renforce la cause de ce Programme des Nations Unies pour la reconnaissance légale des mêmes droits entre tous les êtres de la Nature.
La nature, notre mère la Terre, non pas comme un objet ou une propriété, mais comme un sujet de droit doté d’une personnalité juridique, dont la valeur intrinsèque est reconnue dans tous les rapports du programme Harmonie avec la nature des Nations unies, doit être représentée par le mot Nature écrit avec un N majuscule.
L’organisation éducative Farias Brito soutient cette cause et adhère pleinement à la proposition du Manifeste de l’Harmonie publié au Brésil en juin 2020 (http://files.harmonywithnatureun.org/uploads/upload943.pdf) d’orthographier, en portugais, Nature avec N majuscule initiale. C’est pourquoi, le même 5 juin 2020, Farias Brito a lancé la "Campagne Nature avec un N majuscule".
La campagne "Nature avec un N majuscule" a été développée au Brésil avec des professionnels de la littérature et de la linguistique, des professeurs, des grammairiens, des philologues, des écrivains, des journalistes, des publicitaires, des traducteurs, des correcteurs, des institutions littéraires et linguistiques, des académies littéraires, des académies de langue portugaise, des académies de rhétorique et d’autres représentants du monde universitaire et de la société civile.
L’objectif, les actions et les plans de la "Campagne Nature avec un N majuscule" seront présentés sur vidéo, avec l’intention de sensibiliser également les autres nations du monde à la cause des Droits de la Nature et, en particulier, à l’orthographe du mot Nature, en tant que nom propre, avec la lettre initiale N en majuscule.
Il est déjà possible de vérifier l’orthographe du terme en tant que nom propre dans les publications des documents du programme HwN UN, publiés simultanément en anglais, espagnol, français, russe, mandarin et arabe.
Une petite modification, mais avec une grande valeur symbolique : changer une lettre pour certifier un changement de la vision du monde par rapport à la Nature et aux droits défendus par le programme.
Valoriser la Nature devrait être une règle. Grammaire et comportement.

Mrs Danielle Cabral, ORGANIZAÇÃO EDUCACIONAL FARIAS BRITO, Brazil, https://www.fariasbrito.com.br/


Rights of Nature - Law (Session 2/2)
Mardi 8 dec, 18h00-20h00 (Heure de Genève)


Les droits de la Nature, la représentation de la Nature en droit, quelques réflexions ORAL PRESENTATION

Cette présentation réfléchit à la représentation de la Nature. Elle commence par l’observation que nous détruisons nos systèmes de support de vie, mais il n’est pas trop tard si nous agissons vite. Nous devons mettre la nature et La Terre mère au centre. COVID-19 démontre que la santé prime sur la richesse. Un élément important concerne la représentation de la nature par les humains.
Cette présentation réfléchit à la conceptualisation de la Nature, que ce soit la nature sauvage, ou autre, et elle pose la question des droits de chaque être dans la Nature. La Nature doit être vu comme un participant dans les textes juridiques, comme acteur, sujet et partenaire. Des partenariats humains-nature ont toujours existé ; pensons à l’agriculture et l’horticulture. Les semences sont au centre de la vie et il existe la vision industrielle et la vision de la Nature à travers la diversité des populations. La Nature doit être représentée par des humains dans les textes juridiques, et il existe plusieurs façons d’y arriver. Cependant l’argent et le financement sont cruciaux. La question clé est de savoir s’il existe la volonté politique d’agir.

Mr Colin ROBERTSON, Personal Researcher, Luxembourg





Pétition demandant à l’ONU d’adopter une Déclaration des droits de la Nature ORAL PRESENTATION

Nous travaillons sur une pétition globale, demandant à l’ONU d’adopter une déclaration universelle des droits de la Terre Mère pour compléter la Déclaration des droits de l’homme. Ce faisant, l’ONU reconnaîtrait la Terre Mère et la Nature comme une entité vivante, qui est la source de toute vie, plutôt que d’être traitée comme une ressource pour l’économie. Une première étape de mise en œuvre proposée est que la nature doit être incluse dans tous les systèmes juridiques nationaux en tant qu’entité détentrice de droits ayant qualité juridique devant les tribunaux. Vous pouvez trouver la pétition ici : www.RightsofMotherEarth.com.

Ms Doris RAGETTLI ; Rights of Mother Earth, Switzerland, https://www.RightsofMotherEarth.com/


Du droit de l’environnement aux droits de la mère terre (du paradigme environnementalisme-durabilité à l’harmonie avec la nature) ORAL PRESENTATION

Cet article entend exposer la transition de paradigme du droit de l’environnement depuis son émergence, en tant qu’attitude critique envers le développementalisme, succédée par la tentative d’égaliser le concept de développement durable jusqu’au changement le plus récent vers l’écocentrisme, dans le cadre du programme Harmonie avec la nature des Nations Unies et la perspective de publier la Déclaration internationale des droits de la Terre Mère, de la Pachamama ou de la Nature. Ces trois phases seront analysées en trois sauts de 20 ans (1972-1992-2012) : de l’émergence de la pensée écologiste, avec un point de repère lors de la 1ère Conférence des Nations Unies sur l’environnement, en 1972 ; l’idée de durabilité avec un repère consolidé en 1992 à Rio-92 ; et l’écocentrisme avec sa reconnaissance à Rio +20 et la mise en œuvre du programme des Nations Unies, Harmonie avec la nature « Harmonie avec la nature » (www.harmon monywithnatureun.org) Outre les jalons des documents internationaux, les aspects culturels seront abordés, principes scientifiques, politiques et juridiques qui sous-tendent ces transformations, éclairant les points clés pour la compréhension et la diffusion du nouveau paradigme juridique « Harmonie avec la nature » dans la théorie brésilienne du droit de l’environnement. Pour cette analyse sera utilisée une méthodologie qualitative d’analyse de documents internationaux, la théorie des principaux penseurs et quelques actions de mouvements qui alimentent l’évolution de la pensée environnementale.

Mrs Geovana FREIRE and Germana de Oliveira MORAES, UFC - Universidade Federal do Ceará, Brazil, www.ufc.br


Reconnaître les droits de la nature au niveau de l’UE : pistes de travail ORAL PRESENTATION

Comment les droits de la Nature pourraient-ils être mis en œuvre dans le cadre du droit de l’Union européenne ? Comment l’Union européenne peut-elle garantir ses objectifs et ses valeurs économiques, démocratiques et sociales dans un monde naturel qui s’effondre ?
En tant que membre des Verts/ALE au Parlement européen, je présenterai le travail que je fais au niveau de l’UE pour œuvrer à une reconnaissance européenne des droits de la Nature, et je présenterai pourquoi il est crucial de travailler au niveau de l’UE pour reconnaître les droits de la Nature.
Je présenterai l’initiative que j’ai récemment lancée, avec le soutien du groupe des Verts/ALE, pour travailler, avec tous les acteurs de l’UE, institutionnels ou de la société civile, à la reconnaissance des droits de la Nature, en discutant des limites et des opportunités de cette reconnaissance, et de la manière d’adapter le concept dans le contexte de l’UE. Grâce à des travaux de recherche et à une série de conférences, nous avons déjà réuni des milliers de personnes dans cette discussion.
Globalement, le but de ma présentation sera d’identifier les principaux enjeux autour d’une reconnaissance européenne des droits de la nature, le rôle du Parlement européen dans ce processus crucial, et mes perspectives pour l’avenir de cette initiative.

Mrs Marie TOUSSAINT, European Parliament, France, https://www.marietoussaint.eu/


L’émergence de la jurisprudence de la terre en Afrique ORAL PRESENTATION

Dans toute l’Afrique, un réseau de praticiens de la jurisprudence de la Terre accompagne les communautés traditionnelles et indigènes dans la renaissance et l’amélioration de leurs systèmes de gouvernance coutumiers centrés sur la Terre. Au Kenya, en Ouganda, au Bénin, en Afrique du Sud, au Zimbabwe, en Éthiopie et au Cameroun, les communautés font revivre les connaissances et les pratiques traditionnelles, restaurent les sites naturels sacrés et les rituels associés, rétablissent la diversité des semences indigènes et la souveraineté alimentaire, et renforcent les systèmes de gouvernance écologique dérivés des lois de la Terre. Ces initiatives menées par la société civile pour rétablir une gouvernance centrée sur la Terre sur le continent sont fondées sur les riches traditions juridiques et le patrimoine culturel indigène de l’Afrique et inspirées par la jurisprudence de la Terre - une philosophie juridique et un cadre éthique conçus par l’éco-théologien Thomas Berry à la fin du XXe siècle.
Cette présentation explorera l’émergence de la jurisprudence de la Terre en Afrique, à la fois innovante et ancienne, radicale et enracinée : une renaissance et une amélioration des traditions humaines ancestrales, centrées sur la Terre, offrant une nouvelle orientation avec laquelle le continent pourrait naviguer vers un avenir florissant et durable.

Mrs Carlotta BYRNE, The Gaia Foundation, United Kingdom, https://www.gaiafoundation.org


Droits de la Nature : Développements en Inde ORAL PRESENTATION

Les lois doivent avoir au moins une longueur d’avance sur l’époque où elles existent, de peur qu’elles ne deviennent obsolètes, et les lois de la Terre ne font pas exception - bien qu’elles soient relativement jeunes ! Les lois de la Terre, ou droits de la nature, ont réussi à provoquer un changement de paradigme qui favorise une approche éco-centrée, mais avec plus ou moins de succès, selon les juridictions. S’étant taillé un créneau dans la jurisprudence, il a également reçu son lot de critiques, ce qui justifie une inspection approfondie quant aux moyens d’améliorer son efficacité. La présentation propose d’examiner les obstacles qui existent dans la mise en œuvre de ces lois, en prenant des indices en Inde, où cette branche du droit, bien que naissante, a attiré l’attention du pouvoir judiciaire.

Mr Manjeri Subin SUNDER RAJ, India


Droits de la Nature : L’Appel du Rhône ORAL PRESENTATION

L’Appel du Rhône est une initiative citoyenne, populaire et transnationale pour demander la reconnaissance d’une personnalité juridique au fleuve Rhône.

L’association id·eau, imagination durable pour l’eau douce est convaincue que le droit de la Nature à maintenir la vie sur Terre est un préalable à celui de l’humanité. Faire prendre conscience au plus grand nombre que l’humanité dépend des fonctions vitales de la Terre et tout particulièrement de son eau douce (ressource essentielle, recyclable mais pas inépuisable), est une nécessité. Pour nous et la génération à venir.

Appeler à la reconnaissance d’une personnalité juridique du Rhône c’est demander une modification des droits actuels français et suisse et participer à son évolution pour un droit d’anticipation et de protection.

Chaque année, à travers la planète, pour permettre à l’humanité de répondre à des défis écologiques toujours plus alarmants, davantage d’écosystèmes, d’espèces animales ou végétales se sont vus dotés de la personnalité juridique visant à protéger nos ressources vitales des menaces dévastatrices. Au cours des dix dernières années, plusieurs de ces actions ont déjà permis à des fleuves et cours d’eau de se voir attribuer un statut juridique, parmi lesquelles :

  • La rivière Vilcabamba, en Equateur (2011)
  • La rivière Atrato, en Colombie (2016)
  • La rivière Whanganui, en Nouvelle-Zélande (2017)
    Ces décisions ont eu un impact légal décisif.

Notre démarche est populaire. Elle s’appuie sur la signature d’un Appel, des rencontres publiques et événements artistiques et vise à une prise de conscience collective pour qu’elle se mue en pression citoyenne et réveille les opinions. Au travers de l’Appel du Rhône des scientifiques, des entrepreneur·e·s, des associations, des organisations, des artistes des Hommes et des Femmes se mobiliseront autour d’événements gratuits.

Jouer notre rôle en tant qu’association, c’est sensibiliser, expliquer, présenter de nouveaux récits communs et proposer des actions concrètes. Fédérer les énergies, encourager l’action afin de décider ensemble comment changer notre quotidien pour préserver cette ressource essentielle, l’eau douce au travers d’un fleuve transnational : le Rhône.

L’Appel du Rhône c’est à la fois, donner la possibilité au fleuve de défendre son intégrité et de se prémunir des agressions et également, un véritable outil pour défendre nos droits fondamentaux et les conditions d’existence des générations futures.

Mr Frédéric PITAVAL, Association id·eau, imagination durable pour l’eau douce, Switzerland, www.id-eau.org





L’affaire Terra Mirim et le droit d’être de la Terre : Nature et droits de l’homme dans une perspective décoloniale ORAL PRESENTATION

Concernant le contexte politique instable et précaire du Brésil, il est essentiel de réaliser que, même avec la fin du colonialisme (1500 - 1822), les structures de domination coloniale persistent au sein des États indépendants d’Amérique latine, déguisées par des rapports de force et des stratégies discursives présentées comme neutres et universalistes - ce qu’on appelle la colonisation (Quijano). C’est dans le cadre du processus décolonial en cours et dans un contexte brésilien complexe qu’une initiative novatrice voit le jour (1992) : Terra Mirim, une communauté chamanique durable, et sa fondation communautaire, Terra Mirim Foudantion - Centre de lumière (FTM-CL). Fruit du patrimoine culturel brésilien riche et diversifié, Terra Mirim vient répondre à des appels urgents "à échelle humaine" et relever des défis et des objectifs mondiaux. À l’heure actuelle, elle est menacée.
Il est fondé sur le sauvetage de la tradition spirituelle autochtone ancestrale, le chamanisme de la déesse mère et la lignée des quatre éléments sacrés (réalisé par XamAM, Alba Maria). Construisant des ponts entre les civilisations pour répondre aux défis contemporains, Terra Mirim vise à permettre, stimuler et collaborer à l’éveil de l’humanité à sa réalité naturelle et cosmique, en semant les graines du "développement communautaire durable" sur son territoire et dans d’autres endroits au Brésil et dans le monde. Au cours de ses 28 années d’existence, Terra Mirim s’est consacrée, sur différents fronts, à promouvoir la durabilité par une culture transformatrice, en harmonie avec la nature, de la guérison humaine comme voie de rééquilibrage planétaire et, dans cette trajectoire, elle a tracé les lignes d’une citoyenneté environnementale authentique et libertaire, une citoyenneté planétaire.
Son siège est situé à Bahia, où l’histoire moderne/coloniale du Brésil a commencé. Il fait partie d’une zone environnementale protégée (APA Joanes-Ipitanga) - responsable de 40% de l’approvisionnement en eau de la zone métropolitaine de Salvador (RMS), la capitale de Bahia. Terra Mirim est situé dans la zone restante de la forêt atlantique (moins de 7 % de la forêt d’origine), un point chaud de la planète, source d’une très riche biodiversité, et aussi, dans l’un des plus grands aquifères du Brésil - l’aquifère de São Sebastião. Les principaux axes économiques et industriels de l’État de Bahia et le plus grand complexe industriel du Sud global (Pôle industriel de Camaçari - PIC) sont situés autour de celui-ci. Son territoire reflète les complexités, les défis historiques et structurels existant dans le RMS, un niveau élevé d’inégalité dans la distribution des revenus et l’accès aux droits fondamentaux et humains.

Aujourd’hui, le FTM-CL est un laboratoire vivant de la vie en harmonie avec la Nature. Les actions multidimensionnelles promues par la FTM-CL tissent un réseau de solidarité et de citoyenneté environnementale qui fécondent le rêve de faire des droits de l’homme et de la nature une réalité et, de la gestion socio-environnementale une gestion démocratique et participative. C’est un exemple d’innovation, d’action locale et de solutions basées sur la nature. Il démontre, à travers son histoire, comment les établissements durables et les fondations communautaires sont des éléments clés pour la transition nécessaire. Cependant, le territoire est fortement menacé. Nous avons été confrontés à diverses luttes qui ont conduit à une aggravation des situations de risque. La santé de l’environnement est menacée, les leaderships sont menacés dans leur intégrité matérielle et immatérielle, etc. (Binho do Quilombo, leader d’une communauté indigène Quilombola a été assassiné pendant le mouvement social actif contre les projets qui veulent être mis en œuvre sur le territoire).
Tirés de notre contexte local et confrontés à nos défis mondiaux communs, nous comprenons que dans Harmony nous pouvons tisser des voies de soutien et de coopération internationale véritablement efficaces. En défendant et en investissant au-delà des frontières pour garantir nos droits fondamentaux de l’homme et de la nature, nous comprenons que nous sommes un, la nature et nous. Il est temps de semer les véritables changements transformateurs que nous voulons récolter à l’avenir. Cela peut se faire par une coopération engagée pour la protection et la sécurité des communautés et des initiatives comme Terra Mirim (diversité, communautés indigènes et locales). Répandues dans le monde entier, elles sont des centres de lumière/information, des points de culture, des semences diverses qui, en ce moment, vivent ou revendiquent le droit de vivre en harmonie avec la nature. En sauvegardant le droit de ces graines à exister et à prospérer, nous pouvons permettre de garantir des voies par lesquelles la vie peut se régénérer, en nous et à l’extérieur de nous.
Il s’agit de créer des moyens efficaces pour garantir les droits de l’homme et de la nature en tant que priorité à l’ordre du jour mondial. Il s’agit d’un droit de l’homme (qui reste à reconnaître) à vivre en harmonie avec la nature, à vivre connecté en harmonie avec la réalité et non à une déviation qui a été semée par la manipulation et la violence, imposée sur la base de la négation des droits fondamentaux de l’homme.
Les États peuvent tomber, les guerres peuvent nous déchirer, les lois internes et internationales peuvent échouer et disparaître... mais, comprendre scientifiquement que la nature est souveraine et intégrer ces connaissances dans nos vies, sont des étapes fondamentales auxquelles nous devons faire face en ce moment. C’est le rôle de l’homme de vivre en harmonie avec les lois de la nature, de la laisser s’épanouir, de la laisser être... afin que nous puissions vivre pleinement nos potentialités. Si nous ne pouvons imposer cela à personne, pouvons-nous garantir le droit à ceux qui luttent pour le défendre afin qu’il puisse s’épanouir et répandre dans le temps l’accès à la Matrice Naturelle à tous ? Il est temps de semer la libération humaine. Croyez-le, nous pouvons le faire.
C’est une invitation.

Ms Daniela Marques Chagas Rebouças SAMPAIO ; Terra Mirim Foundation - Centre of Light, Brazil ; www.terramirim.org.br


Les droits de l’eau/l’homme au-delà de l’humain ? Ontologies autochtones de l’eau, rencontres plurilégales et traduction interlégale ORAL PRESENTATION

Dans quelle mesure le droit international des droits de l’homme peut-il s’attaquer aux réalités plurilégales de l’eau ? C’est la question centrale du projet de recherche de 5 ans intitulé "RIVERS - Eau/droits de l’homme au-delà de l’humain ? Les ontologies autochtones de l’eau, les rencontres plurilégales et la traduction juridique", soutenu par une subvention de démarrage du Conseil européen de la recherche (ERC) (2019-2024), développé à l’Université Carlos III de Madrid (Espagne). Ce projet, qui réunit l’anthropologie juridique et les droits de l’homme, s’attaque à l’une des questions les plus pressantes de ce siècle : la relation entre l’homme et la nature, mais ne tient pas pour acquis ce qu’est l’eau.

CRIVERS s’attaque à deux objectifs fondamentaux étroitement liés : 1) analyser les différentes manières de connaître et de se rapporter à l’eau et à la vie parmi les peuples indigènes et leur compréhension de sa violation (potentielle) par les projets d’extraction ; 2) discuter des contributions, des défis et des pièges de la traduction juridique des différentes natures d’eau dans les rencontres plurilégales aux niveaux national et international. RIVERS développera une analyse multi-sites et des études de cas empiriques dans quatre contextes : Le Guatemala, la Colombie, le Népal et le système de protection des droits de l’homme des Nations unies. Sous l’angle du pluralisme juridique, cette analyse mettra en évidence les réalités politiques et juridiques concurrentes de l’eau qui remettent en question les conceptions dominantes du monde moderne. RIVERS sera le pionnier de nouvelles façons de penser l’eau au-delà des clivages modernes entre "nature" et culture, en fournissant des indices sur les voies futures de reconceptualisation des droits de l’homme.

Ms Lieselotte VIAENE ; ERC RIVERS project, University Carlos III de Madrid, Spain ; https://rivers-ercproject.eu/


Comment nous représentons-nous les plantes ? Implications pour l’évolution et la mise en œuvre de la législation internationale ORAL PRESENTATION

(Droits d’auteurs : Michèle PERRIN-TAILLAT)
Comment représentons-nous les plantes dans les textes législatifs ?
Outre les représentations verbales, diverses et variées, dont le contexte détermine le sens, on a de plus en plus recours à des représentations digitalisées (ISN) qui ne sont pas sans faire problème lorsqu’il s’agit de négocier ou de mettre en place des réformes nécessaires.
La phyto-législation a des implications directes sur le bien-être et la santé des êtres humains, en particulier pour assurer une alimentation saine et suffisante partout dans le monde. Elle concerne les trois piliers des Nations unies : les droits de l’homme, la paix et le développement.
Comment adopter un discours inclusif qui respecte à la fois les plantes et le droit qu’a tout être humain de participer aux affaires qui le concerne ? Telle est la question que nous devons nous poser si l’on veut éviter qu’une minorité ne s’approprie la parole de tous.

Ms Michèle PERRIN-TAILLAT, France


"Wild Law" - Rendre les lois environnementales plus éco-centrées et moins anthropocentriques ORAL PRESENTATION

Malgré l’augmentation du développement des lois et de la législation environnementales dans de nombreuses juridictions au cours des décennies, et l’existence de nombreuses lois environnementales qui ont été promulguées pour protéger la nature et les systèmes écologiques, il y a toujours un impact négatif et une destruction généralisée et globale sur l’environnement mondial, entraînant une perte rapide d’espèces et des dommages irréparables, nonobstant le fait qu’il y a maintenant une diminution de la protection environnementale réelle.
Les lois environnementales n’ont pas réussi à protéger l’environnement parce qu’elles sont principalement basées sur un raisonnement anthropocentrique plutôt que sur une perspective plus éco-centrée. Le concept de Wild Law repose sur l’idée que tout ce qui se trouve dans la nature et les écosystèmes est lié et doit être respecté et protégé pour sa propre valeur intrinsèque, et pas seulement pour le bénéfice des intérêts humains. En mettant en œuvre une éthique de droit sauvage dans la législation environnementale, un nouveau système de protection de l’environnement peut et doit être mis en œuvre pour améliorer le bien-être de notre planète et, en fin de compte, le nôtre. Il s’agit d’une approche radicale, mais essentielle pour atténuer la destruction écologique continue.
Comme les lois environnementales actuelles sont principalement structurées selon une vision anthropocentrique du monde, l’intérêt humain est considéré comme primordial, étant placé fermement et de manière centrale dans cette vision du monde. Cela a eu un impact négatif sur l’environnement, les animaux et la nature. Il est maintenant temps de repenser cette position et de considérer le concept de Wild Law au sein de la législation environnementale afin de donner à la nature le droit d’exister pour son propre bénéfice et pas seulement pour le bénéfice de l’intérêt humain. Cette présentation fournira quelques études de cas et des exemples de la manière dont cela est réalisé.

Ms Julie Elizabeth BOYD, United Kindgom


Anthropocentrisme et écocentrisme dans la jurisprudence de la Cour interaméricaine des droits de l’homme ORAL PRESENTATION

Au cours de cette présentation, j’analyserai la présence de l’argument anthropocentrique et écocentrique dans la jurisprudence de la Cour interaméricaine des droits de l’homme relative aux questions environnementales. À cet effet, il présente tout d’abord le contenu de ces deux approches. Parallèlement à ce qui précède, elle répète les arguments en faveur de l’incorporation d’une approche écocentrique des droits de l’homme. Avec ce cadre théorique, il identifie quatre étapes dans la jurisprudence de la Cour. Ces étapes montrent la transition progressive de l’anthropocentrisme à l’écocentrisme dans ses réflexions sur les droits de l’homme. Enfin, les résultats de l’analyse offrent un éclairage sur le développement possible du droit à un environnement sain en tant que droit autonome dans le système interaméricain.

Mr Digno José MONTALVAN ZAMBRANO ; Research Group on Law and Justice (Uc3m), Spain


L’écocide en tant que crime international - mise à jour sur le processus ORAL PRESENTATION

Inclure l’écocide, les dommages massifs et la destruction de la nature, comme crime international à la Cour pénale internationale de La Haye a été proposé par Polly Higgins il y a dix ans. L’année dernière a vu une augmentation incroyable de l’intérêt pour cette idée, avec des acteurs comme le pape, le président français Macron, le gouvernement belge et le mouvement syndical suédois qui ont exprimé leur soutien. Un groupe d’experts composé de juristes internationaux de haut niveau vient d’être constitué pour rédiger une définition de l’écocide. Une présentation des derniers développements.

Ms Pella THIEL, End Ecocide Sweden /Rights of Nature Sweden, Sweden, www.endecocide.se


L’application des principes du constitutionnalisme latino-américain dans la gestion du conflit : la nature en tant que victime des conflits armés. ORAL PRESENTATION

La constitution du Venezuela est considérée comme le point de départ du nouveau constitutionnalisme latino-américain, suivie des constitutions équatorienne (2008) et bolivienne (2009). L’analyse du paradigme du buen vivir comprend ainsi une vision inclusive harmonieuse des axes politiques, juridiques, économiques et environnementaux, qui peuvent contribuer au changement du contexte d’exclusion sociale et d’exploitation irrationnelle de la nature par l’homme.

De ce fait, ce nouveau constitutionnalisme présente un développement de la notion de protection environnementale à travers le droit et complète dans ce sens des déclarations universelles telles que la Convention de Stockholm de 1972. A titre d’exemple, la Constitution équatorienne confère à Pachamama le respect intégral de son existence et le maintien et la régénération de ses cycles vitaux, de sa structure et de ses procès d’évolution (article 71) ; le développement durable en tant que devoir de l’État(article 3, point 5) ; et la participation de la population en tant que protectrice de la nature (article 74).

Au-delà de promouvoir l’inclusion de tous les peuples dans une logique de participation et d’intégration, les innovations constitutionnelles latino-américaines comprennent aussi, dans le même niveau d’importance, la nature en tant que sujet qui a le droit à un traitement digne et à sa protection.

Dans le cas de la Colombie, le pays qui a souffert plus de 50 ans de conflit avec les FARC-EP a récemment reconnu la nature en tant que victime des conflits armés. Notre travail de recherche analysera la protection du patrimoine naturel dans le cadre de la gestion des conflits et de l’après-conflit prenant le cas colombien comme exemple. Pour cela, et à travers le regard de l’anthropologie juridique, nous étudierons l’affaire 02 de la Justice Spéciale pour la Paix (En espagnol Justicia Especial para la Paz – JEP, c’est un mécanisme colombien de justice transitionnelle) qui traite la nature en tant que victime des conflits armés et l’importance de la protection du patrimoine naturel pour la réconciliation et l’établissement d’une paix stable et durable dans les territoires colombiens de Tumaco, Ricaurte y Barbacoas, connus pour avoir une population majoritairement indigène, afrocolombienne et paysanne.

Le statut de victime accordé à la nature dans ces territoires change la façon de traiter le patrimoine naturel ainsi que la façon de voir la justice transitionnelle et la réconciliation entre acteurs armés et victimes (qui dans ce cas s’élargit aussi aux êtres non-humains) durant le post-conflit. Il s’agira d’une analyse des enjeux de la participation sociale et étatique dans la réconciliation entre humains (victimes et agresseurs) et non-humains (la nature, le patrimoine naturel) dans le cadre des conflits armés.

Mrs Alice BRITES OSORIO, Université de Limoges, France, http://www.theses.fr/s190126


L’économie de Francesco - une nouvelle économie pour un nouveau monde dans le respect des droits de la nature ORAL PRESENTATION

Du 26 au 28 mars 2020, la ville d’Assise a accueilli The Economy of Francesco, un événement international en ligne et de présence destiné aux jeunes économistes, entrepreneurs et faiseurs de changement engagés dans la réflexion et la pratique d’un type d’économie différent. L’invitation à participer est venue directement du Pape François, qui a publié une lettre dans laquelle il invitait à la ville de Saint-François, symbole d’humanisme et de fraternité, de jeunes économistes et entrepreneurs du monde entier, sans distinction de croyance ou de nationalité, à initier avec eux un processus de changement global afin que l’économie d’aujourd’hui et de demain soit plus juste, inclusive et durable, sans laisser personne derrière. L’événement a été organisé par un comité composé du diocèse d’Assise, du conseil municipal d’Assise, de l’Institut séraphique d’Assise et de l’économie de communion.
L’événement destiné à discuter des problèmes les plus complexes du monde actuel, de la sauvegarde de l’environnement à la justice pour les pauvres, nécessitent un engagement courageux pour repenser les paradigmes économiques de notre temps. Dans la Lettre encyclique Laudato si’, le Saint-Père a rappelé que tout est intimement lié et que la Terre est notre "maison commune", et a donc lancé un appel pour la défendre, ainsi que toute l’humanité qui habite la Terre.
Il nous a mis en garde contre l’exploitation imprudente des ressources et les politiques à courte vue qui visent un succès immédiat sans perspectives à long terme. À partir de l’exemple de saint François, il est donc nécessaire de reconstruire une nouvelle écologie intégrale, inséparable du concept de bien commun.
En tant que membre expert de la plate-forme Harmonie avec la nature, nous avons été acceptés en tant que senior, pour participer à la réunion afin d’offrir la connaissance des droits de la nature pour contribuer aux jeunes débats. Voir le moment principal des contributions dans cette vidéo : https://youtu.be/TLWtxexOwb0
Ainsi, le premier principe inscrit dans le rapport final est la reconnaissance que "les grandes puissances mondiales et les grandes institutions économiques et financières ralentissent leur course pour laisser la Terre respirer. COVID nous a tous fait ralentir, sans avoir choisi de le faire. Quand COVID sera terminé, nous devrons choisir de ralentir la course effrénée qui étouffe la terre et les plus faibles qui vivent sur terre".
Nous devons donc inclure ce résultat étonnant dans le cadre du développement de la reconnaissance des droits de la nature dans le monde entier.*
Voir la déclaration finale et l’engagement commun :
"Nous, jeunes économistes, entrepreneurs et faiseurs de changement du monde, convoqués à Assise par le pape François, en l’année de la pandémie COVID-19, voulons envoyer un message aux économistes, entrepreneurs, décideurs politiques, travailleurs et citoyens du monde, pour leur transmettre la joie, les expériences, les espoirs et les défis que nous avons acquis et rassemblés en cette période en écoutant nos peuples et nos cœurs. Nous sommes convaincus qu’un monde meilleur ne peut être construit sans une meilleure économie et que l’économie est si importante pour la vie des peuples et des pauvres que nous devons tous nous en préoccuper.
C’est pourquoi, au nom des jeunes et des pauvres de la Terre, nous le demandons :
1 - Les grandes puissances mondiales et les grandes institutions économiques et financières ralentissent leur course pour laisser la Terre respirer. COVID nous a tous fait ralentir, sans avoir choisi de le faire. Lorsque COVID sera terminé, nous devrons choisir de ralentir la course effrénée qui étouffe la terre et les plus faibles qui vivent sur terre ;
2 - Que le partage mondial des technologies les plus avancées soit activé afin que la production durable puisse également être réalisée dans les pays à faible revenu ; et que la pauvreté énergétique - source de disparité économique, sociale et culturelle - soit surmontée pour parvenir à la justice climatique ;
3 - Que le thème de la gestion des biens communs (en particulier des biens mondiaux tels que l’atmosphère, les forêts, les océans, les terres, les ressources naturelles, tous les écosystèmes, la biodiversité et les semences) soit placé au centre des programmes des gouvernements et de l’enseignement dans les écoles, les universités et les écoles de commerce du monde entier ;
4 - Les idéologies économiques ne doivent plus jamais être utilisées pour offenser et rejeter les pauvres, les malades, les minorités et les personnes défavorisées de toutes sortes, car la première réponse à leur pauvreté est de respecter et d’estimer chaque personne : la pauvreté n’est pas une malédiction, elle n’est que le malheur, et elle n’est certainement pas la responsabilité de ceux qui sont pauvres ;
5 - Le droit à un travail décent pour tous, les droits de la famille et tous les droits de l’homme soient respectés dans la vie de chaque entreprise, pour chaque travailleur, et garantis par les politiques sociales de chaque pays et reconnus dans le monde entier par une charte convenue qui décourage les choix commerciaux basés uniquement sur le profit et fondés sur l’exploitation des mineurs et des plus défavorisés ;
6 - Que les paradis fiscaux soient abolis immédiatement dans le monde entier, car l’argent déposé dans un paradis fiscal est de l’argent volé à notre présent et à notre avenir et qu’un nouveau pacte fiscal soit la première réponse au monde post-COVID ;
7 - de nouvelles institutions financières soient créées et que les institutions existantes (la Banque mondiale, le Fonds monétaire international) soient réformées dans un sens démocratique et inclusif pour aider le monde à se remettre de la pauvreté et des déséquilibres produits par la pandémie ; que la finance durable et éthique soit récompensée et encouragée, et que la finance hautement spéculative et prédatrice soit découragée par une taxation appropriée ; que les sociétés et les banques, en particulier les grandes banques et celles qui sont mondialisées, introduisent dans leur gouvernance un comité d’éthique indépendant avec un veto sur l’environnement, la justice et l’impact sur les plus pauvres ;
8 - les institutions nationales et internationales décernent des prix pour soutenir les entrepreneurs innovants dans le contexte de la durabilité environnementale, sociale, spirituelle et, surtout, managériale, car ce n’est qu’en repensant la gestion des personnes au sein des entreprises que la durabilité globale de l’économie sera possible ;
9 - Les États, les grandes entreprises et les institutions internationales s’efforcent de fournir une éducation de qualité à chaque fille et garçon dans le monde, car le capital humain est le premier capital de tout humanisme ;
10 - Les organisations économiques et les institutions civiles n’auront de cesse que les travailleuses aient les mêmes chances que les travailleurs, car sans une présence adéquate de talents féminins, les entreprises et les lieux de travail ne sont pas des lieux pleinement et authentiquement humains et heureux ;
11 - Finalement, nous demandons l’engagement de tous pour que le temps prophétisé par Esaïe se rapproche : "Ils forgeront leurs épées en socs de charrue, et leurs lances en serpes ; nation ne lèvera plus l’épée contre nation, et ils n’apprendront plus la guerre" (Is 2, 4). Nous, les jeunes, ne pouvons plus tolérer que des ressources soient retirées des écoles, des soins de santé, de notre présent et de notre avenir pour construire des armes et alimenter les guerres nécessaires pour les vendre. Nous voudrions dire à nos enfants que le monde en guerre est fini pour toujours.
Tout cela - dont nous faisons déjà l’expérience dans notre travail et dans notre mode de vie - nous le demandons en sachant que c’est très difficile et que beaucoup le considèrent peut-être comme une utopie. Nous croyons plutôt qu’elle est prophétique et que nous pouvons donc demander, demander et demander encore, car ce qui semble impossible aujourd’hui le sera moins demain grâce à notre engagement et à notre insistance. Vous, les adultes qui contrôlez l’économie et les entreprises, avez fait beaucoup pour nous, les jeunes, mais vous pouvez faire plus. Notre époque est trop difficile pour demander autre chose que l’impossible. Nous avons confiance en vous et c’est pourquoi nous vous demandons beaucoup. Mais si nous vous demandions moins, nous ne vous en demanderions pas assez.
Nous demandons tout cela avant tout à nous-mêmes et nous nous engageons à vivre les meilleures années de notre énergie et de notre intelligence afin que le FE puisse apporter de plus en plus de sel et de levain à l’économie de chacun".
* ce résumé a été rédigé sur la base du communiqué de presse de l’événement publié en mai-2019

Ms Vanessa HASSON, MAPAS, Brazil, https://www.mapas.org.br


PROPOSER UNE PRESENTATION


Présentations ayant eu lieu 2019

Présentations Validées

Official shedule Be aware it exists sessions morning and afternoon
Tuesday 10 Dec Morning - Room VII, Building A Starting at 09:30 am, please be at Pregny Gate of United Nations since 08:00 am
08:30 am - Hosting in the Room
08:50 - Official hosting
09:00 - Introducting key-notes, by Mr Colin ROBERTSON
09:10 am - 6m40sec - Rights of Nature Education : Training the Next Generation of Environmental Professionals REMOTE PRESENTATION
Earth Law Center and partners are working to educate the next generation of environmental professionals on the growing movement to establish legal rights for nature. This work cumulated in a contract with a leading publishing company to publish a law school textbook on the rights of nature and related topics, tentatively titled "Earth Law : A Practitioner’s Guide." The textbook will be taught in a handful of law schools next year, and, so we hope, the majority of law schools and other higher education programs many years down the road. This presentation will speak about how to build a legal movement beginning with students, learning from past legal movements that blossomed through education and student groups.
Mr Grant WILSON , United States, Earth Law Center, https://www.earthlawcenter.org
09:20 am - 6m40sec - L’Approche de Précaution dans les Droits de la Nature : Une DiscussionORAL PRESENTATION
Pour qu’un droit soit reconnu dans le système juridique, il doit avoir accès à une procédure judiciaire. Toute revendication de Droits de la Nature ne peut aboutir que si elle comporte quatre éléments : la qualité pour agir, les droits substantiels, la qualité à être titulaire de ces droits et la mise en œuvre de ces droits.Les procédures judiciaires sont assujetties au respect des exigences procédurales (conditions de recevabilité du recours) telles que la qualité pour agir, le préjudice ou l’intérêt et l’existence d’un droit. La première partie du processus judiciaire est connue sous le nom de droit d’ester en justice, c’est-à-dire le droit d’avoir accès au tribunal. Pour prouver qu’une personne a qualité pour agir, la partie qui demande l’accès au tribunal doit notamment démontrer qu’elle est lésée ou est susceptible de l’être, si le tribunal n’intervient pas. Une fois qu’un tribunal a reconnu la recevabilité de l’action en justice du demandeur, l’étape suivante consiste à passer de l’étape de la procédure au droit matériel / substantiel.
Le demandeur qui sollicite l’intervention d’un tribunal doit alors prouver qu’il existe une loi ou des droits substantiels pour réparer un préjudice particulier. Une fois que la loi ou les droits ont été identifiés, le lien entre le demandeur et les droits invoqués par le demandeur doit être établi. Lorsque le tribunal a déterminé que le demandeur est bien titulaire de ces droits substantiels spécifiques ou dérivés, le tribunal doit alors identifier un processus pour faire respecter ces droits et permettre la réparation du préjudice subi.
L’approche de précaution existe dans de nombreux traités et conventions internationaux, dans le droit européen et dans certaines législations nationales, soit par des dispositions législatives, soit par la jurisprudence. Cette approche semble être un processus pratique solide pour préserver et protéger la Nature. Pour parvenir à une meilleure protection de la nature à laquelle il est fait référence ici au lieu d’une simple réglementation ou conservation - une approche qui a échoué - nous devons adopter une approche ou un processus de précaution. Toutefois, l’approche de précaution ne devrait pas recourir à des mesures effectives (« cost-effective measures ») pour atteindre ses objectifs.
Nous discuterons de la nécessité d’utiliser l’approche de précaution, sans les mesures effectives (« mesures d’efficacité économique »), pour promouvoir les Droits de la Nature.
Ms Marion CHOFFEL, president of the I.U.P.P.N, Mr Sudhir CHOPRA, founding member of I.U.P.P.N, I.U.P.P.N., France
09:30 am - 6m40sec - Droits privés de la NatureORAL PRESENTATION
Les anciens codes civils ont fait une distinction entre le droit des personnes et le droit des choses. Cependant, cette distinction est sous pression grâce à un mouvement émergeant intitulé « rights of nature » (droits de la nature) ou « earth jurisprudence » (jurisprudence de la terre). Partout dans le monde, les entités naturelles qui depuis longtemps étaient regardées comme des choses les animaux, mais aussi les rivières, par exemple, et les montagnes, les forêts, même la Terre Mère elle-même – sont reconnues comme personnes devant la loi. Cela veut dire qu’elles sont titulaires de droits et qu’elles obtiennent la possibilité de défendre leurs intérêts intrinsèques devant les tribunaux.
Le nombre de travaux juridiques et théoriques sur ce sujet augmente, mais pas encore dans le domaine du droit privé (Européen). En même temps, ce sont souvent les codes civils qui stipulent quelles entités ont la personnalité juridique. De plus, il est probable que les droits de la nature puissent avoir de grands effets sur les droits patrimoniaux de parties privées telles que les entreprises. Lorsque la nature obtient des droits, elle les invoquerait probablement contre les personnes juridiques tant publiques que privées, tout en utilisant des stratégies similaires à celles adoptées par ces parties plus traditionnelles. Ainsi, la jurisprudence de la terre non seulement influence les relations juridiques privées, mais elle peut aussi profiter des idées et notions du droit privé.
Cette présentation a pour but de conceptualiser les dimensions du droit privé des droits de la nature. Ainsi elle ne pose pas nécessairement la question de savoir, si on devrait reconnaître les animaux où les entités naturelles comme personnes juridiques, mais plutôt prend leur personnalité comme point de départ pour une réflexion. Simultanément, ses rapports avec les aspects pratiques d’une telle personnalité pourraient être d’une grande importance pour ceux qui envisagent de constituer plus de personnalités juridiques pour les entités naturelles. Comme principe d’organisation, cette présentation utilise la structure d’un code civile, ainsi délivrant une image hypothétique d’un code civile pour la nature.
Ms Laura BURGERS, PhD Candidate, CSECL, University of Amsterdam, Netherlands, https://www.uva.nl/profiel/b/u/l.e.burgers/l.e.burgers.html
09:40 am - 6m40sec - Proposal for roadmap to implementation of a Universal Declaration of the Rights of Nature ORAL PRESENTATION
The ecological crisis can be seen as the consequences a fundamental imbalance between humans and the living systems upon which we depend. To achieve the transformation of society which is increasingly called for (IPBES 2019, Sachs et al 2019) it is time to reconciliate our relationship with the natural world. A Declaration for the Rights of Nature would balance human needs and interests with the needs and interests of other living beings. Without such a balance, it is very doubtful if the Sustainable Development Goals, which the world has agreed upon, can be achieved. The Declaration of the Rights of Mother Earth was drafted in Cochabamba, Bolivia in 2010. It has since been presented in the General Assembly of the UN and gathered momentum all around the world, recently within the World Council of Churches.
What if the time is now ? The year 2020 is for biodiversity what 2015 was for climate change, with a World Conservation Congress within IUCN in Marseille and a COP15 within the Convention for Biodiversity in Beijing, where a post2020 Global Biodiversity agenda will be adopted. Can a process for implementation of a Universal Declaration of the Rights of Nature in 2030 begin next year ?
Ms Pella THIEL ,Rights of Nature Sweden , Sweden,http://www.naturensrattigheter.se/in-english/ , www.stopecocide.earth
09:50 am - 6m40sec - Droits de la Nature : Point de Vue d’un Glacier ORAL PRESENTATION
Que signifient les Droits de la Nature dans la pratique ? En général on regarde la Nature en tant qu’ observateur externe, mais supposons que vous preniez un moment pour réfléchir à la Nature d’un point de vue interne, et que vous imaginiez être cette entité particulière ? Dans ce contexte, quelle vision et quel ressenti avez-vous si vous êtes un poisson, un oiseau, un animal, un algue ou une bactérie ? Et si vous êtes une entité composite telle qu’une montagne ou un fleuve ou un océan ? Est-ce que vous existez ? Est-ce que vous avez des sentiments ? Est-ce que vous voyez ou entendez ? Est-ce que vous imaginez ou comprenez ? Est-ce que vous êtes capable d’agir ou de vous déplacer ? Est-ce que vous avez des sentiments envers les autres ? Est-ce que vous avez des besoins ou des intérêts ? Est-ce que vous êtes capable de vous protéger ou de vous défendre ? Quelles sont vos relations avec d’autres êtres, en particulier avec des humains ? Comment est-ce que vous pouvez intervenir dans leur monde de machines ? Est-ce qu’on peut considérer que vous avez une personnalité ? Est-ce qu’on peut considérer que ceci confère aussi une personnalité juridique ?
Dans le monde humain on se défend à travers l’action juridique : des lois, des procédures en justice, des remèdes juridiques. Vous avez de l’argent. Vous payez des gens pour vous représenter, pour promouvoir et défendre vos intérêts. Ils travaillent à mettre en place des lois pour que vous puissiez en bénéficier. Ils interprètent et traduisent à partir de votre langue vers les langages de droit. Cependant, afin de pouvoir participer vous devez exister en droit comme sujet, personne, acteur, avec le droit d’être entendu, et le droit de poursuivre en justice… et d’être poursuivi. Vous êtes dès lors une personne juridique. Vous existez. Vous avez des droits. Vous pouvez vous défendre et demander réparation.
Tout en tenant compte de ces préoccupations, une brève présentation est proposée dans laquelle on imagine le point de vue interne d’un glacier, et des questions proposées en ce qui concerne les droits du glacier. Situé dans les Alpes françaises (dans le massif des Écrins) sur l’épaule en haute altitude du sommet de La Meije, le Glacier de la Girose offre une vue sur le monde qui l’entoure. Chaque année on creuse une grotte dans le glacier et une visite de cette grotte stimule des réflexions sur ce que signifie être un glacier pendant une période de réchauffement climatique causée par l’action humaine. Comment est-ce que le glacier pourrait se défendre en droit contre une mort programmée ? Est-ce que la situation serait différente si le glacier avait des droits reconnus par la loi ? Est-ce que la situation serait différente si le glacier était reconnu comme personne juridique ?
Mr Colin ROBERTSON, Luxembourg
09:50 am - 6m40sec - The Mirador Mine - Amazonian Ecocide REMOTE ORAL PRESENTATION
Nous étudions le potentiel de la plus grande catastrophe écologique et humaine du monde - l’écocide de l’Amazonie.
La mine Mirador est la première méga mine à ciel ouvert de l’Équateur qui extrait du cuivre, de l’or, de l’argent et du molybdène des montagnes de la Cordillère du Condor au sud-est de l’Équateur. C’est l’une des régions les plus riches en biodiversité de notre planète.
Une menace inacceptable pèse sur l’ensemble de l’écosystème amazonien en raison des deux digues à stériles de la mine Mirador, toutes deux susceptibles de s’effondrer en raison de l’activité sismique, de l’effondrement des fondations, de l’érosion intérieure et du débordement. Ces barrages vont s’effondrer. Ce n’est qu’une question de temps.
Les propriétaires de la mine, ECSA, sont un consortium chinois comprenant les chemins de fer nationaux chinois et Tongling Construction.
Le plus petit des deux barrages s’appelle le barrage Quimi. Il aura 63 mètres de haut et il est construit selon un angle connu en termes d’ingénierie, comme critique, c’est-à-dire au bord de l’effondrement.
Ces barrages sont censés durer à perpétuité. Un angle créé de 1 mètre horizontalement à 1 mètre verticalement est considéré comme critique - en danger d’effondrement. Le barrage de Quimi est en cours de construction selon ces critères.
Le plus grand de ces deux barrages est le barrage Tundayme. Ce barrage aura une hauteur de 260 mètres. Il s’agira de la plus haute digue à résidus miniers au monde. Il est construit selon un angle créé par 1,5 mètre horizontal à 1 mètre vertical. La pratique "normale" pour une digue à stériles est de 2 mètres horizontalement à 1 mètre verticalement pour donner plus d’épaisseur et de support aux stériles.
Ces barrages sont construits selon une méthode " en amont " déclarée illégale au Brésil après deux catastrophes majeures, Fundao en 2015 et Brunhadino au début de cette année.
Dans la construction en amont, le mur extérieur du barrage est composé de terre et de pierre. On obtient plus de hauteur au besoin en déposant des couches successives sur les résidus toxiques à l’intérieur du barrage.
Les montagnes de la Cordillère du Condor sont sismiquement actives, le terrain est susceptible de glisser et les montagnes connaissent de fortes pluies. Les critères d’ingénierie indiquent un effondrement inévitable. Il ne s’agit pas de savoir "si". Il s’agit de savoir "quand" ?
Nous devons examiner le pire scénario dans lequel 390 millions de mètres cubes de déchets toxiques seront rejetés par le barrage de Tundayme.
La catastrophe de Brumadindo, en 2019, a tué 300 personnes et libéré 12 millions de mètres cubes de résidus.
La rupture de la digue à stériles de Fundao (la plus grande rupture de la digue à stériles jamais survenue dans l’histoire de l’exploitation minière) a libéré 34 millions de tonnes qui ont parcouru 670 km sur les voies navigables intérieures et se sont écoulées dans l’océan Atlantique.
Nous assistons au scénario inimaginable d’un raz-de-marée de destruction qui explose à partir d’un barrage de 260 mètres de haut, dévalant la rivière Quimi jusqu’à la rivière Zamorra, parcourant toute la longueur de la rivière Santiago dans une sorte de super-tasunami, détruisant un barrage de retenue des eaux en construction, puis dans la rivière Maranon et la rivière Amazon.
La première vague parcourra 1626 kilomètres. (les équations empiriques sont tirées de Larrauri et Lall, "TAILINGS DAM FAILURES", 2018). Je vais devoir vous demander de relire ce chiffre. Mille six cent vingt-six kilomètres. C’est plus loin que New York à St. Louis, Missouri.
Il s’agit de la première poussée de la force gravitationnelle. Si l’on tient compte du mélange de résidus avec la rivière Quimi, la rivière Zamora et l’effondrement du barrage de rétention d’eau sur la rivière Santiago, on peut estimer qu’un déversement de 390 millions de mètres cubes parcourrait 6 700 kilomètres, soit plus que la longueur du fleuve Amazone.
Ces barrages vont inévitablement s’effondrer. La mine est en exploitation et produit 10 000 tonnes de déchets toxiques par jour. En janvier 2021, d’autres résidus seront produits, ce qui portera la production à 60 000 tonnes de résidus toxiques par jour.
La première étape pour mettre fin à cette catastrophe imminente est d’obtenir une injonction pour arrêter la production à la mine jusqu’à ce que des experts indépendants aient déclaré que les barrages sont construits selon des normes de sécurité qui reflètent le danger extrême que l’effondrement inévitable actuel pose à l’humanité et à l’environnement.
Mr David Frederick DENE, UN Harmony with Nature - expert - Earth Jurisprudence, United Kingdom
Tuesday 10 Dec Afternoon - Room VII, Building A Starting at 02:00 pm
01:30 pm - Hosting in the Room
01:50 pm - Official hosting
02:00 - Introducting key-notes, by Mr Thomas EGLI
02:10 pm - 6m40sec - Cultivation of food crops for the soil erosion prevention, the food Management in agricultural for environmentORAL PRESENTATION
The soil erosion by water and wind has active at present. The loss of topsoil, the organic matter and mineral overs of soil has downwards, both biological and physical-chemical decreased.
The fertile of topsoil has floating by the rain and flood, because there is without plant, tree, weeds or grass-covered, which has absorbed the rainwater. It’s will be borne took clay mud. Sediment into water sources, resulting in a shallow. The water cannot be used in consumer products. There is sloping areas have increasing.
By the way, the treatment to retention and recover the soil erosion in slope area have been performed in several methods. One of the methods is to plant a ground cover by step ladder to prevent the soil erosion for sloping areas.
Mr. Pathawit CHONGSERMSIRISAKUL, Dr Siripen IAMURAI, Thailand, Panyapiwat Institution of Management,Thailand, https://www.pim.ac.th
02:20 pm - 6m40sec - Cultivating Nature’s Right to Exist as a dynamic, Living-WholeORAL PRESENTATION
This paper approaches the question of how we cultivate an attitude of attentive listening to a nature as a dynamic, living-whole. It begins by outlining a poem written by Vergil, The Georgics, which teaches Roman society to farm for the equal benefit of its members to cultivate equitable, resilient communities, joined in common labour. I will first introduce how Vergil uses the rhythms, rhymes and figurative language of poetry to teach the listening anticipation necessary for people to nurture the complex emergence and flourishing of life that is paced by multiple natural rhythms. Thereafter, I will offer several examples of how this embodied, listening attention is vital in the present-day bioremediation of watersheds, citing two projects, based in Senegal and Nepal, in which the International Rainwater Harvesting Association is currently engaged. The main contention of this paper is that Nature’s principal right involves being listened to, so biodiversity can flourish.
Ms Rachel NISBET, Marc SYLVESTRE, Switzerland, International Rainwater Harvesting Alliance, https://www.irha-h2o.org
02:30 pm - 6m40sec - Droits de la Mère Tèrre ORAL PRESENTATION
We are working on a global signatre campaign, asking the UN to adopt a Universal Declarataion of Rights of Mother Earth to complement the Human Rights Declaration. By doing so the UN would acknowledge Mother Earth and Nature as a living entity, which is the source of all life, rather than being treated as a resource for the economy. As a first step Nature needs to be included in all Natinal legal systems as a rights bearing entity with legal standing in court. You can find the peition here : www.RightsofMotherEarth.com. Please sign it and share it. We will also invite you to join our 2nd rassemblement on the Place des Nations on Wednesday 11 December at 12:30 - 13:00, to remember the 71st anniversary of the Human Rights Declaration. Our gathering is called #EarthToo. Please join us and sign the petition. Thank you
Mrs Doris RAGETTLI, Rights of Mother Earth , Switzerland ,www.RightsofMotherEarth.com
02:40 pm - 6m40sec - Projet Ambassadeurs de la Nature - La découverte de la vie en harmonie avec la NatureORAL PRESENTATION
Le projet que nous avons l’intention de présenter couvre diverses disciplines qui établissent les conversations nécessaires pour démontrer l’interdépendance de tous ceux qui vivent sur la planète et la constituent ainsi dans son universalité.
Cette présentation a pour but de démontrer les conclusions d’un projet d’éducation écologique dans lequel le développement intégral des relations entre tous les membres de la Nature, en toute harmonie, est prioritaire. Le projet a pour objectif de restaurer la perception naturelle de la vie en harmonie avec la nature dans le cadre d’études pluridisciplinaires et interdisciplinaires sur la vie sur Terre.
En tant qu’objectifs spécifiques du projet, mis en œuvre au profit de jeunes étudiants âgés de 12 à 16 ans, nous visons à introduire le concept du principe philosophique de la vie en harmonie avec la nature dans l’éducation formelle : collaborer aux discussions tenues aux Nations Unies sur la reconnaissance des droits de l’homme. Les droits de la nature ; tendre la main aux participants plus près de l’environnement naturel ; Découvrez la différence entre l’observation et l’engagement avec la nature et collaborez pour l’adoption d’une nouvelle perspective dans la relation avec la communauté.
La plus grande expression de cette nouvelle forme de relation est au sein de la plus petite communauté, comme les écoles, qui offrent à l’éducation de base la transformation de la société et donc de l’État.
À cette fin, des activités artistiques et des ateliers ont été programmés comme activités qui seront proposées aux jeunes choisis par le projet. La colonne vertébrale des activités pratiques reposait sur trois principes directeurs : (1) le lien entre l’être humain et la nature (2) la conscience de l’espace naturel avec son environnement, son importance et notre responsabilité en matière de soins (3) le pouvoir créateur (et transformateur) de l’espace naturel. Par le biais d’ateliers progressifs et concaténés, nous cherchons à aborder clairement des questions absolument vitales concernant la relation avec la Nature. Nous n’enseignerons pas l’art, nous enseignerons par des pratiques de reconexion artistique et mentale avec la Nature, afin que les réflexions transcendent l’enregistrement rationnel. et entrez dans le champ sensoriel, ludique et, si possible, dans la sphère du sacré.
Cette proposition s’inspire de la théorie des systèmes autopoïétiques, qui gravite autour du droit, de la physique quantique, de la théologie, de la philosophie du langage, de la métaphysique et de l’art, dans la recherche d’un élément permettant à chacun d’être original et commun de justifier contribuer à un changement de paradigme dans le droit et la société, abandonnant la perspective anthropocentrique au profit de la biopolitique polycentrique affirmative pour une vie en harmonie avec la Nature.
Les ambassadeurs du projet Nature ont pour objectif de se conformer à ces principes et aux recommandations du rapport de la plate-forme Harmony with Nature, publié lors de la résolution 71/266 de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui revisite et renforce le lien que chaque être humain entretient avec la nature.
Nous avons également l’intention de démontrer que, pour l’exécution de projets de ce type, il est essentiel de promulguer des politiques publiques pertinentes qui encouragent et encouragent l’exécution de ce type de projets et d’activités dans les villages et les villes, qui pourraient constituer un environnement durable, sain et viable, en harmonie avec La nature.
Ms Vanessa HASSON, MAPAS, Brazil, www.mapas.org.br
02:50 pm - 6m40sec - Towards achieving Existential and Functional Hq ORAL PRESENTATION
In this presentation, inter alia,it is my endeavor to show that both the two contemporary approaches of the relationship between the Man and the Nature namely "anthropogenic" and "non-anthropogenic" approaches are erroneous in as much as both are based on dualism ie. that the Man and the Nature are different ; they, however, in that the former gives the Man superiority over Nature while the latter gives Nature superiority over the Man. Both are wrong if one were to take into account the Rig Vedic Philosophy dating back to 5000 BCE , or even more, which hold that the Man and the Nature are One and the Same ; one is only a microcosm of the latter. Both are made up of the same constituents and also function in the same fashion. The presentation therefore deals with, amongst others, the following three aspects :
firstly, to realize and accept ‘Oneness’ between the Man and the Nature ;
secondly, and more importantly, to realize and accept that only harmony ‘within’ us can pave way for harmony with the Nature and, therefore, to gear up to achieve harmony within us and then to achieve Existential and Functional Harmony with the Nature ;
and lastly, but most significantly, to exhort us to apply all correctives- whether social and/or societal, national and/or international, whether punitive and/or coercive by sanction of law- uninhibitedly and unhesitatingly, even if harsh and tough, towards this end. And, accordingly, causing Pollution and Environmental Degradation be declared the most heinous “Crime against Humanity” and its Violators be punished firmly and sternly, both in the municipal law and International.
Mr Manoj GOEL, IUPP (International Union for protection and preservation) , India , http://www.uipp.org
03:00 pm - 6m40sec - Droits du Lac Vättern ORAL PRESENTATION
Droits de la nature La Suède travaille actuellement avec les communautés locales autour du deuxième plus grand lac de Suède, le lac Vättern (le sixième plus grand lac d’Europe), afin d’explorer comment un changement de culture pourrait ressembler lorsqu’un écosystème est un sujet de droit. Notre travail consiste à établir des liens et à mettre en réseau les acteurs locaux, à leur proposer des ateliers et des conférences sur le thème des droits de la nature et sur la manière de les mettre en relation avec le lac Vättern. Nous basons notre travail sur la Charte des droits du lac Vättern et nous travaillons à la création d’une coalition de différents acteurs s’unissant derrière elle. La Charte des droits du lac Vättern était une coopération entre le réseau Swedish Earth Right Lawyers et le Community Environmental Legal Defence Fund. Il a ensuite été utilisé comme base d’un tribunal lors de la Conférence sur les droits de la Terre à Sigtuna, en Suède, organisée conjointement avec l’Alliance mondiale pour les droits de la nature.
Ms Arci PASANEN ,Rights of Nature Sweden ,Sweden, www.naturensrattigheter.se
03:10 pm - 6m40sec - SDG 16 "Access to justice " : the Programme "Harmony with Nature", Rights of Seeds and Rights of Peasants ORAL PRESENTATION
En se penchant sur la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, l’on pourrait croire que les paysans ne sont pas des êtres humains tant leurs droits ont été bafoués. Ils sont misérables, méprisés, anéantis. Leur bien-être est intimement lié à celui du sol et à celui des semences. Or les paysans sont privés des semences qu’ils développent depuis 12.000 ans : ces semences ont en majorité (75%) disparu et sont souvent bannies par la loi. Les paysans sont aussi souvent privés de leur terre. Ils ne peuvent plus vivre en harmonie avec la Nature.
La majorité des gens ignorent l’existence du Programme “Harmony with Nature” des Nations Unies, qui avance à grands pas pour réinventer les mots et trouver un nouveau Droit pour que les êtres humains vivent en harmonie avec la Nature.
Droit des paysans, Droit des semences, Droits de la Nature et "Harmony with Nature" sont intimement liés. En quoi ces thèmes sont-ils pertinents par rapport à l’ODD n° 16, sur l’accès à la justice ?
Il y a beaucoup à faire pour les paysans selon l’ODD n° 16 :
Cible n°1 : Réduire nettement, partout dans le monde, toutes les formes de violence et les taux de mortalité qui y sont associés.
On pense rarement aux violences alimentaires, pourtant omniprésentes et ravageuses :
contamination alimentaire dans les pays riches (Voir le Rapport pour le Parlement européen, DEMENEIX et SLAMA, 2019)
insuffisance alimentaire dans les pays pauvres dont les causes et conséquences sont multiples.
Les enfants sont les premières victimes des violences alimentaires (cible n° 2).
Les paysans sont trop souvent injustement privés de leurs semences et des bénéfices qu’ils devraient en tirer ; ils sont privés de leurs terres (spoliation, pollutions), et l’on ignore en général l’avis des populations paysannes lors de prises de décisions. On fait violence à ceux qui protestent pour faire valoir les droits des paysans, violences allant parfois jusqu’au meurtre (non respect des cibles 3 à 7).
Le Rapport du Secrétaire général des Nations Unies de 2019 sur le Programme "Harmony with Nature" conclut :
129. La jurisprudence de la Terre, qui s’est développée au cours de la dernière décennie, peut être considérée comme le mouvement juridique du XXIe siècle ayant connu la croissance la plus rapide. La conséquence la plus importante de la reconnaissance de l’interdépendance qui existe entre l’être humain et le reste du monde a sans doute été de faire du monde non humain un sujet juridique. […]
Cette présentation revisite la question de l’agriculture sous un jour nouveau, dans le contexte des Droits de la Nature et des Droits humains, faisant référence à la récente Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et s’appuyant sur deux projets antérieurs, dont le second, sur le Droit des semences, est un cas d’espèce du premier, sur les Droits de la Nature.
Mr. Michèle PERRIN-TAILLAT, France
03:20 pm - 6m40sec -Indigenous Natural Sites in Sub-Saharan Africa as Juristic Persons : Implications for the Preservation of NatureORAL PRESENTATION
Responses to environmental problems in Sub-Saharan Africa are encouraging and commendable. However, the state of the environment continues to deteriorate and the environmental challenges are escalating. The upshot of this is a sub-continent on the brink of ecological disaster. A deepening environmental crisis brings to the fore the perennial existential question of how we should live. This question requires deeper exploration into what contemporary society values, including the origins of such values and what (new) values we might wish to promote. It is in this context that this paper will explore the potentials of promoting the personhood of Nature in the subcontinent through African beliefs that promote deep ecology and its promotion of the preservation of Nature. The legal regime of juristic personhood may be an effective tactic for safeguarding enspirited sacred natural sites, because it conceptually resonates with the animistic world-view and relational ontologies of many Indigenous peoples – ontologies that combine a holistic approach to nature with a deep respect for it. Further study (and litigation) is required for such an approach to become widely recognised, but it could become an effective tool for conservation of nature within community-conserved areas and protected areas. It is against this background that this paper will examine recent legal cases elsewhere as a pretext for granting juristic personhood to enspirited sacred natural sites in Sub-saharan Africa. This paper will further recommend how various advocacy groups (local, regional and international) can be raised to help indigenous peoples in Sub-Saharan Africa secure their natural sites to ensure that they are preserved to the end of contributing to sustainable development on the sub-continent.

Ms Ngozi UNUIGBE, Nigeria, University of Benin, https://uniben.edu
03:30 pm - 6m40sec -Rencontres de l’Excellence : un programme d’OSIORAL PRESENTATION
The Meetings of Excellence program has been in place since 2009. This year saw the organization of 2 summer camps ; one in the Pyrenees (Ariège) in France and the other in London, in English. The two themes were of course different ; the Bear, its ecosystem in the Pyrenees and in London megacities and ecosystems of course both topic in the context of the Rights of Nature. The experience demonstrated that the average 16-year-old youth participants now understand in minutes the principles of Nature Rights that were unknown to this generation 5 years ago. The study of the ecosystems appears to be an excellent way of giving tools to this generation marching to change the climate but which is rather deprived of concepts of understanding of phenomena of this type. Of course , interviews of our partners and experts and understanding of the divergent positions on the presence of the bear in the Pyrenees and micro-sidewalk of London were realized.
Mrs Michèle EGLI-WACHS, Objectif Sciences International , France, http://www.rencontres-excellence
03:40 pm - 6m40sec - les DAUPHINS de RANGIROA Présentation / Evolution ORAL PRESENTATION
Groupe d’étude des Dauphins de Rangiroa / Archipel des Tuamotu / Polynésie Française
retours d’expériences et informations sur l’évolution du projet et de la situation sur place.
Axes de développement possibles par rapport à la notion de tourisme durable.
Mrs Estelle GAUDIN, SAUVEGRAIN Denis, France, https://www.facebook.com/groups/gemm.dauphinsderangiroa
POSTERS
La dénudation des arbresPOSTER PRESENTATION
Rapidement, la nature a pris une dimension essentielle, devenant un enjeu de pouvoir. Sensibilisées à l’importance des forêts et de l’arbre.
Mr Dario MARCELLUS, Tribunal de Première Instance, haiti, http://mjsp.gouv.ht

Autres présentations potentielles

03:10 pm - 6m40sec - Pour des semences collectives : les approches participatives ORAL PRESENTATION
Si la nourriture de demain n’est pas complètement déconnectée de l’agriculture, notre pain, nos pâtes, nos tomates, concombres et autres salades continueront à être issues de semences. Mais lesquelles semences brevetées, semences certifiées, semences de ferme, semences paysannes, semences participatives ? Les enjeux autour des semences, premiers maillons de la chaîne alimentaire, sont beaucoup trop importants pour être laissés à une poignée de multinationales. C’est donc chaque citoyen qui est appelé à se mobiliser dans des approches participatives pour non seulement réfléchir mais agir dans le secteur des semences, dans leur culture écologiquement durable, dans la transformation artisanale économiquement viable et la diffusion locale d’aliments sains, loyaux et chargés de sens.
Ms Dominique DESCLAUX, INRA , France, http://www.inra.fr/Entreprises-Monde-agricole


Pour le formulaire d’inscription, voir plus bas.


Proposer l’abstract de votre Présentation

Date limite pour le dépôt des présentations : Encore ouvert.
Pour proposer une présentation, utilisez également le formulaire ci-dessous.

Formulaire d’Inscription à l’événement

  • Accès gratuit à l’évènement strictement réservé aux membres du Forum de Genève (adhésion à partir de 50 euros - nous vous envoyons tous les détails par email)
  • Vous ne participez aux frais que si nécessaire (par exemple dans le cas d’une participation à un Repas de Networking)
  • Pour obtenir tous les renseignements, merci de remplir ce formulaire aussi tôt que possible
  • Le remplissage de ce formulaire ne donne aucune obligation de participation. Vous recevez toutes les informations par email dès validation du formulaire, consultez également ces mêmes informations directement sur votre écran
  • Pour question d’administration des accès à l’ONU : merci de ne pas attendre pour vous renseigner via ce formulaire

FILL THIS FORM BELLOW TO RECEIVE :
ALL INFORMATION ABOUT THE EVENT (to attend physically or contribute remotely)
THE PROCEDURE FOR YOUR ACCESS PASS TO UNITED NATIONS (to attend physically)
If you want to give a presentation, fill this form to receive all specifications

After validating this form, consult your spam folder !

if you use a same e-mail for 2 or more people, nobody of you will receive access pass, as each e-mail is dedicated to one access pass

Confirm your email address please : Please pay special attention to ensuring your email address is correct. Otherwise you will not be able to confirm your registration later.

We may need to send you texts when deemed necessary. Please indicate the country code as well (only figures and spaces, no comma, dash, brackets or other special characters)

To send the title and the abstract of your presentation, please follow the instruction that will be shown on the results page after you will validate this subscription form.

If yes, you will be accompagnied by or one-on-one meeting team to be involved in the Participatory Research actions of OSI

Please click on the button "SUBMIT" only ONE TIME and allow the server some time in order to register your answers.

Please keep in your documents the information that will be shown on the results page after clicking the button "SUBMIT".

Be aware that if the results page doesn’t appear in 10 seconds, one of the question of the form is requiring a correction or an answer.

Témoignages

Par Joelle Nkosi

j'ai piloté un processus au niveau national sur l'élaboration des mesures d'application de la loi sur la conservation de la nature en RDC, je serai heureuse de partager l'expérience de la RDC sur la protection de la nature. Et également dans la lutte contre la criminalité faunique.

Par Kanthie De Silva

I carry out the Presidency Of Stilana Italy Business Council since 2004 .... 2019 Srilanka has been awarded the best Tourist destination in the world.. therefore I'll be glad to present this destination with honor by protecting its environmental issues.. I have participated and coordinated with you on the Srilanka WEDEF with yout Noble Organization in 2016


Déposer un témoignage

FAQ

Posez une question

Quel type d’acteur peut participer à la conférence ?

Le FORUM DE GENEVE est une réunion annuelle de la communauté concernée par les droits de la nature. Les différents acteurs, nationaux, régionaux et internationaux des différents pays et des différentes disciplines associées à ce thème seront ici afin de partager leurs pratiques, expériences et savoirs.
Rencontrer cette multitude d’acteurs concernés, tels que :

  • des associations,
  • des ministères gouvernementaux,
  • des organismes nationaux et internationaux,
  • des journalistes,

  • vous permettra de renforcer vos projets en cours et à venir.
Répondre à ce message

Comment s’inscrire au FORUM DE GENEVE ?

Pour vous inscrire, vous devez :
1) Regarder les pages des conférences vous concernant pour avoir les informations nécessaires
2) Remplir le formulaire de pré-inscription disponible à l’aide de ce lien : http://www.osi-genevaforum.org/Registration.html
3) S’assurer, sous 24H, d’avoir bien reçu les instructions nécessaires (regarder dans les spams) et donc devenir membre du Forum de Genève
4) Si vous comptez donner une présentation, remplir le deuxième formulaire d’inscription et de validation.

Répondre à ce message


Posez une question

Photos / Vidéos

Nos partenaires

Voir également